La nicotine devrait figurer sur la liste des produits dopants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La nicotine devrait figurer sur la liste des produits dopants

Message  alexandra le Mar 5 Avr 2011 - 8:53

La nicotine devrait figurer sur la liste des produits dopants

Alors que l'Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé, vendredi 1er avril, qu'elle envisageait de placer la nicotine sur la liste des produits dopants, Jean-Pierre de Mondenard, médecin du sport, auteur de nombreux ouvrages sur le dopage, revient sur les effets de ce produit sur les performances sportives.

Que peut concrètement apporter la nicotine au sportif de haut niveau ?


Beaucoup de choses. Elle diminue les temps de réaction, stimule l'adrénaline et apaise en même temps. Par rapport à un anabolisant ou à l'EPO, c'est moins grave, mais c'est quand même significatif. Elle améliore l'adresse, la précision et l'orientation spatiale. C'est-à-dire qu'elle vous aidera à analyser le jeu en en améliorant votre vision, comme on le dit dans le football. Cependant, la nicotine n'a pas que des côtés stimulants, mais aussi anabolisants. La nicotine est d'ailleurs utilisée par les éleveurs de porcs australiens pour leur bétail.

Il y a un autre facteur important qui est lié à la prise de stéroïdes anabolisants. Lorsque l'on se dope aux stéroïdes, le corps se féminise car il produit des œstrogènes. La nicotine annule complètement cet effet. La nicotine dope donc, mais elle peut aussi accompagner certaines pratiques dopantes.

Depuis quand se pose-t-on des questions sur la nicotine?

J'avais fait une première observation sur le dopage à la nicotine dès 1991 dans mon Dictionnaire du dopage, substances, procédés, conduites, puis une autre, plus développée, dans la réédition, en 2004. Je l'avais placée dans la liste des produits dopants, mais l'AMA n'a pas voulu suivre. Elle devrait réellement y figurer si l'on fait une analyse objective du produit. Mais, il est important de dire aussi que ce n'est pas non plus la priorité que devrait avoir l'AMA, car il existe encore une vingtaine de produits dopants totalement indécelables, et qui font gagner certains champions.

A quand remontent les premiers signalements de recours à la nicotine dans le sport de haut niveau ?

Aux années 1920, avec un footballeur gallois qui a notamment joué à Manchester United, ainsi qu'en équipe nationale, un certain Billy Meredith. Il a joué pour le pays de Galles jusqu'à 45 ans et sa carrière professionnelle s'est terminée à 50 ans environ. Sa longévité incroyable au haut niveau venait du fait qu'il chiquait du tabac pendant les matches. Dans les archives, nous avons retrouvé les mots du commentateur, qui, le 15 mars 1920, lors d'un match contre l'Angleterre, évoquait cette prise de tabac pendant la rencontre.

Comment distinguer le sportif fumeur du dopé à la nicotine?

Il est évident qu'il faut faire la dissociation entre le fumeur et le dopé, car si le fumeur absorbe de la nicotine c'est avec de l'oxyde de carbone et cela le pénalise. Mais sous forme de patch antitabac ou de tabac à chiquer par exemple, c'est parfaitement dopant.

Il faudrait dès lors mettre un seuil mais là, nous entrerions dans des combats d'avocats, comme pour la caféine, qui avait été placée sur la liste des produits dopants en 1982, puis enlevée en 2004. Il était trop compliqué de juger les cas avec une totale conviction. Cela étant dit, aux Jeux olympiques de Montréal, en 1976, on a trouvé dans des prélèvements des traces de nicotine chez certains engagés équivalent à quatorze paquets de cigarettes fumés dans la journée. On a retrouvé aussi des analyses de cet ordre-là aux Championnats du monde de natation à Berlin, en 1978.

Peut-on facilement se procurer de la nicotine en dehors du simple paquet de cigarettes ?

En dehors des patches antitabac sous toutes ses formes, oui. En Suède, la nicotine est commercialisée légalement sous la forme d'une pâte ("snuss") que l'on mâche ou que l'on place dans la bouche, sous la langue. C'est d'ailleurs parce qu'on la trouve facilement en Suède qu'on parle surtout de l'usage de la nicotine dans les sports d'hiver. Mais ça ne s'arrête pas là. La nicotine est utilisée dans le ski et le hockey, mais aussi dans des sports comme le base-ball ou le basket-ball.

Où en est la lutte antidopage à l'heure actuelle?

La nicotine est un dopant, mais ce n'est vraiment pas le plus important aujourd'hui. Il faut plutôt se pencher sur la vingtaine de produits dopants indécelables. Depuis 1965 et la loi Maurice Herzog (première loi française antidopage ou plutôt antistimulant), l'écart entre la pratique du dopage et sa répression est toujours le même et il y a bien sûr beaucoup plus de dopés. En toute logique, la nicotine doit être dans la liste de l'AMA, mais tant qu'il y aura des substances indécelables, on ne pourra pas parler de lutte antidopage. La répression est d'ailleurs beaucoup moins performante que l'on veut nous le dire.
http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/04/04/la-nicotine-devrait-figurer-sur-la-liste-des-produits-dopants_1502638_3242.html#xtor=AL-32280184

"Elle diminue les temps de réaction, stimule l'adrénaline et apaise en même temps. Elle améliore l'adresse, la précision et l'orientation spatiale" et en même temps on essaie de nous faire avaler que le fumeur est moins productif. Comme d'habitude tout et son contraire.


alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum