A propos des fumoirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos des fumoirs

Message  alexandra le Mer 10 Fév 2010 - 10:33

Le fumoir, ou comment pétuner en liberté surveillée

Fauteuils bridge, palmier, musique des Caraïbes, toiles représentant le Che, Ernest Hemingway ou Alfred Hitchcock un cigare à la bouche : le fumoir du Cubana Café, dans le 6e arrondissement de Paris, est spacieux et confortable. Cet après-midi, plusieurs messieurs y dessinent des volutes de fumée en dégustant un verre de rhum de La Havane.

"Le Cubana est l'un des premiers établissements en France à avoir ouvert un fumoir, pour ne pas perdre sa clientèle d'amateurs de modules, commentent Frank Réquéna et Sophie Cardon, qui l'ont inclus dans leur ouvrage, Fumer en liberté, dont la sortie est prévue jeudi 11 février (Editions du Rocher, 189 p., 12 €). Ce livre recense "les plus beaux fumoirs" de France, ceux où règnent le cuir, le velours capitonné et le bois sculpté, qu'ils soient dans des bars, des restaurants, des salons de thé, des discothèques ou des hôtels. Il répertorie aussi les plus beaux fumoirs de narguilé, comme celui du Bazar égyptien-Walima Restaurant, "dont la porte d'accès est doublée d'un moucharabieh".

"Il y a de plus en plus de fumoirs", assurent les auteurs. La société A2 Tech, principal établissement spécialisé dans l'installation de ces espaces, assure en avoir équipé deux cents depuis 2008, dans les lieux de convivialité. "On nous en demande trois ou quatre par semaine, affirme Alexandre Guérin, son directeur général. Au début, les patrons étaient réticents, car cela prend de l'espace et coûte un certain prix - de 5 000 à 15 000 euros. Mais ils s'y mettent de plus en plus, pour éviter les problèmes de voisinage qu'entraîne le stationnement des fumeurs sur le trottoir."

"J'ai trouvé intéressant de publier cet annuaire, parce que les gens ne savent pas que ces fumoirs autorisés par la loi existent", explique le directeur des Editions du Rocher, Patrick Mahé, ancien rédacteur en chef de Paris Match et de Télé 7 Jours. "Je trouve dommage de voir des garçons et des filles fumer dehors quand il fait froid. Ils seraient mieux dans des endroits bien équipés, comme cela se faisait d'ailleurs au XIXe siècle, dans les domiciles privés, lorsque les messieurs allaient au fumoir vêtus d'un smoking qu'ils retiraient ensuite pour ne pas incommoder les dames."

Les fumoirs ont été autorisés par le décret du 15 novembre 2006, qui précise les modalités de l'interdiction de fumer dans les lieux collectifs. Ce sont "des salles closes" équipées d'un dispositif d'"extraction d'air". Leur superficie ne doit pas dépasser 20 % de celle de l'établissement, ni excéder 35 mètres carrés. Les mineurs de moins de 16 ans n'ont pas le droit d'y entrer. Aucune prestation de service ne doit être délivrée dans ces pièces, qui doivent être affectées "à la seule consommation du tabac", précise une circulaire du 29 novembre 2006, publiée au Journal officiel.

Pourtant, de nombreux établissements autorisent leurs clients à boire dans les fumoirs. Seule condition : ils doivent apporter eux-mêmes leur verre et le rapporter après consommation. En effet, "aucune tâche d'entretien et de maintenance ne peut être exécutée sans que l'air y ait été renouvelé, en l'absence de tout occupant, pendant au moins une heure", précise le code de la santé publique. Certains de ces lieux sont équipés d'un interphone, permettant de commander sa boisson, que l'on va ensuite chercher devant la porte.

L'association Droits des non-fumeurs (DNF), qui a vocation à agir auprès des pouvoirs publics pour obtenir le respect de la réglementation, voit d'un mauvais oeil cette entorse au droit. "Dès que l'on banalise des infractions, les fumeurs s'approprient l'espace, constate Gérard Audureau, son président. Un jour ou l'autre, parce que quelqu'un d'important sera installé dans le fumoir, le salarié sera obligé de lui apporter sa boisson", s'inquiète-t-il.

Pour l'instant, le DNF n'a pas attaqué d'établissements autorisant la boisson dans les fumoirs. Elle n'envisage pas non plus de poursuivre le livre de Frank Réquéna et Sophie Cardon, "pour ne pas lui faire de publicité", mais elle a assigné en justice leur site, Smok-in.com, pour publicité pour le tabac et promotion d'emplacements non conformes à la loi, ainsi que le site Smirting.fr, qui recense notamment les terrasses chauffées pour fumeurs.

L'association a eu l'audace de s'attaquer au restaurant Tante Marguerite, cette table chic avec lambris, nappes blanches et couverts argentés, qui reçoit la fine fleur de la politique, près de l'Assemblée nationale. Elle dispose, à l'étage, de deux fumoirs dans lesquels on peut non seulement fumer et boire, mais aussi manger, grâce à un système de passe-plats et de haut-parleurs. DNF poursuit le restaurant pour non-conformité de son installation et pour publicité en faveur du tabac sur le site Internet Bernard-loiseau.com. La responsable de l'établissement, Dominique Loiseau, bien que sollicitée par Le Monde, n'a pas souhaité s'exprimer.

http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2010/02/09/le-fumoir-ou-comment-petuner-en-liberte-surveillee_1303266_3238.html#ens_id=1303338

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos des fumoirs

Message  El Tigré le Mer 10 Fév 2010 - 16:31

Je cours à la librairie pour commander le livre ! Nul doute que ce guide va faire un tabac !

Merci pour l'info Alex.

El Tigré

Messages : 107
Date d'inscription : 01/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum