Vu sur le fig.fr

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Jeu 20 Nov 2008 - 12:23

L'air des cafés pollué par les terrasses fumeurs


INFO FIGARO - Selon une étude de l'association Droit des non-fumeurs, les bénéfices de l'interdiction de fumer dans les lieux publics sont annulés par l'existence de ces espaces réservés aux fumeurs.

Après les écologistes, les non-fumeurs. Les terrasses de cafés et de restaurants, récemment dénoncées par trois députés Verts en raison du gaspillage d'énergie causé par leurs chauffages extérieurs, sont également dans le collimateur des militants antitabac. Mercredi, l'association Droits des non-fumeurs (DNF) a adressé au ministère de la Santé les résultats d'une étude dont le Figaro a pris connaissance, sur la pollution dans l'air des cafés et des restaurants. «Ses conclusions montrent que les bénéfices de l'interdiction de fumer dans les lieux publics sont annulés par l'existence des terrasses fumeurs, que celles-ci soient simplement couvertes ou entièrement fermées, souligne Gérard Audureau, président de l'association de lutte contre le tabagisme passif, qui est subventionnée par la direction générale de la Santé et l'Institut national du cancer. Un an après l'entrée en vigueur de la loi, les objectifs de protection des non-fumeurs et des salariés ne sont pas atteints dans ces lieux.»

Lors d'une campagne de mesures menée de février à octobre, les bénévoles de l'association ont relevé les taux de particules fines (inférieures à 2 microns) en suspension dans l'air de 250 cafés et restaurants en France.


Demande de contrôles

D'après leurs conclusions, l'air intérieur est contaminé par la fumée venue des terrasses. «La pollution entre par les portes, lorsqu'elles sont ouvertes en permanence, mais aussi par les bouches d'aération des systèmes d'extraction d'air», observe Emmanuel Brunner, le responsable de l'étude. Les taux relevés dans les salles atteignent ainsi des sommets lorsque la terrasse est close et couverte (116 000 particules par cm³ en moyenne). Ils sont aussi élevés (63 500) quand elle est simplement couverte par un auvent ou des parasols - deux fois plus que dans un établissement sans terrasse. Autre constat : dans tous ces cafés et restaurants, l'air est beaucoup plus pollué que les rues (23 000) ou le métro (35 000) à Paris. Les taux en particules dépassent en outre les seuils de recommandation fixés par l'OMS et l'Union européenne.

En septembre, une circulaire adressée aux préfets a précisé que l'interdiction de fumer s'applique à tous les lieux «couverts et fermés». «Mais la plupart des établissements ont aménagé devant leurs façades des coins fumeurs clos et chauffés. Ils sont hors la loi», constate Daniel Desrosiers, membre de DNF.

Consciente qu'une interdiction de fumer sur les terrasses n'est pas dans l'air du temps, l'association souhaite aujourd'hui obtenir le respect de la loi, en demandant notamment une série de contrôles au ministère de l'Intérieur. L'étude en main, Gérard Audureau entend aussi obtenir des professionnels la suppression de toute communication entre les établissements et leurs terrasses, ainsi que des espaces réservés aux non-fumeurs à l'extérieur

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/20/01016-20081120ARTFIG00007-l-air-des-cafes-pollue-par-les-terrasses-fumeurs-.php


Les miliciens ont encore frappé et bien sur avec la complicité du plus lèche-c.. des journeaux.
Heureusement à lire les commentaires on constate que les lecteurs du Fig sont moins betes que ses journalistes.

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  sir john le Jeu 20 Nov 2008 - 12:51

C'est bien la stratégie de la peau de chagrin. DNF réclame des zones non-fumeurs en terrasses. Même à l'air libre, la fumée va incommoder ces non-fumeurs regroupés et on demandera l'interdiction en terrasses, puis aux abords des LDC. La prohibition est programmée.

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Français fument toujours autant

Message  alexandra le Ven 12 Déc 2008 - 13:18

Les Français fument toujours autant

Delphine Chayet


L'interdiction de fumer dans les cafés et les restaurants n'a pas eu l'impact escompté.

Un an après son entrée en vigueur, l'interdiction de fumer dans les bars et les restaurants n'a eu «aucun impact» sur le nombre de fumeurs en France. Ce constat amer, formulé jeudi par l'Office français de prévention du tabagisme (OFT), pousse aujourd'hui l'association à réclamer de nouvelles mesures. «Alors que 54 millions de cigarettes avaient été écoulées en 2004 , le volume des ventes sera équivalent en 2008», déplore son président, le professeur Bertrand Dautzenberg, qui s'apprête à enregistrer la «quatrième année consécutive de non-régression du tabagisme actif».

La France compte environ 30 % de fumeurs réguliers ou occasionnels. Très bien respectée, l'interdiction de fumer dans les lieux publics semble également plébiscitée par les Français. Mais la mesure n'a pas eu l'effet escompté sur la consommation de cigarettes. Selon un sondage réalisé en mai pour l'Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes), 9 % seulement des fumeurs déclaraient voir dans l'interdiction de fumer une raison d'arrêter. L'OFT observe aujourd'hui deux indicateurs supplémentaires : la stagnation du nombre d'appels passés à la ligne d'aide au sevrage, Tabac Info Service, ainsi que celle des ventes de substituts nicotiniques. «Chez les collégiens parisiens, la consommation de tabac est même repartie à la hausse entre 2004 et 2008», ajoute le Pr Dautzenberg, qui propose aujourd'hui dix mesures concrètes permettant, selon lui, de faire reculer le tabagisme actif. Première d'entre elles, l'augmentation du prix du tabac : «une hausse de 10 % diminuerait de 4 % la consommation», selon l'OFT. L'introduction de paquets génériques, neutres et dénués de toute publicité indirecte, ou encore la vente des cigarettes sous le comptoir sont également recommandées. L'instauration des images chocs sur les paquets est, elle, actuellement à l'étude au ministère de la Santé.


Peu de prévention au collège

«Les collégiens n'ont reçu cette année que peu de messages de prévention pour leur rappeler les vrais dangers du tabac : les dernières campagnes importantes leur ont été en effet présentées lorsqu'ils étaient encore à l'école primaire», regrette par ailleurs l'association, qui réclame des campagnes ciblées à leur intention. Une meilleure prise en charge de l'arrêt du tabac et la formation des professionnels de santé sont enfin préconisées.

En mai, à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, avait annoncé le lancement d'une campagne de presse et télévisée incitant au sevrage. L'interdiction des cigarettes aromatisées, conçues pour séduire les adolescents, a, elle, été glissée dans la loi de santé qui sera examinée à l'Assemblée nationale en janvier. «L'interdiction de fumer dans les lieux publics a considérablement amélioré la qualité de l'air dans les cafés, souligne-t-on dans l'entourage de Roselyne Bachelot. N'oublions pas que l'objectif premier était de protéger les non-fumeurs."

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/12/12/01016-20081212ARTFIG00237-les-francais-fument-toujours-autant-.php

Hier soir en ouverture du 20 heures de Fr2 nous avons eu le grand honneur de voir la tronche de Dautzenberg.
Comme si c'était la nouvelle de l'année qui allait bouleverser le monde.Les 70% de non fumeurs n'en ont rien à faire et pourtant ouverture du journal. Alors Pujadas a-t-il des actions chez Pfizer? est-il de la famille de Dautzenberg? ou a-t-il juste le doigt sur la couture ?

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  El Tigré le Ven 12 Déc 2008 - 15:03

je me demande si ces chiffres prennent aussi en compte la marché noir du tabac....

El Tigré

Messages : 107
Date d'inscription : 01/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Troll : un piège à cons

Message  Invité le Ven 12 Déc 2008 - 17:16

Troll : un piège à cons


Dernière édition par Pepito Pérez le Mar 12 Mai 2009 - 22:16, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  sir john le Ven 12 Déc 2008 - 20:38

Cette étude souligne la contradictions gouvernementale: d'un côté, il lui faut obtenir un maximum de recettes fiscales, de l'autre, la hausse des prix est destinée officiellement à dissuader les fumeurs. Il faut choisir, on ne peut pas miser financièrement sur la forte taxation d'un secteur qui s'affaiblit.
Le marché noir reste pour l'instant limité mais il progresse. Ce qui compte surtout, c'est le boom des achats transfrontaliers.
Je ne vois aucun inconvénient à ce qu'on donne la parole au Pr Dautzenberg, je souhaite simplement qu'on la donne aussi de temps en temps à des scientifiques qui ont un autre avis. Le "lobby des fumeurs" ( qui n'existe pas puisque ce serait un groupe de pression ne faisant pression sur rien ) se contente de quelques évocations nostalgiques des bars-tabac d'antan et des récriminations des exploitants, qui "se gavent comme des cochons" -décidément le triste Pepito a l'élégance chevillée au corps - avec la marge la plus étroite d'Europe.
Personne n'est obligé de participer à un dîner avec dégustation commentée de cigares ou à la réunion d'un club d'amateurs de pipe, personne n'est obligé d'en goûter la convivialité et le raffinement, personne n'est même obligé de savourer profondément une simple Marlboro avec un whisky.Mais l'art de fumer existe bien, que celui qui a bien le droit de ne pas le partager ne parle pas de ce qu'il ignore.
Il n' y a pas d'impôt sur la bêtise, le mépris et la vulgarité. Sinon l'inusable Pepito aurait bien besoin du bouclier fiscal...

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Mar 23 Déc 2008 - 11:06

[quote]Fument-ils en dormant ?, par Laurent Greilsamer

C'est une information sidérante qui n'a occupé que quelques lignes ou une poignée de secondes dans les médias : les fumeurs français fument toujours autant. Autant dire que la loi qui interdit de fumer dans les cafés, les bars-tabac et les restaurants depuis janvier 2008 n'a pas permis de faire reculer une consommation insolente.

L'Office français de prévention du tabagisme regrette que les Français n'aient pas réduit leur consommation de cigarettes en 2008 et appelle le gouvernement à adopter de nouvelles mesures. Vous êtes fumeurs, comprenez-vous qu'on vous incite à arrêter ? Vous sentez-vous stigmatisés ?

Les fumeurs ont grillé 54 milliards de cigarettes cette année, ni plus ni moins qu'en 2004 ou 2005. Ils fument obstinément, obsessionnellement, et la première question qui vient à l'esprit, teintée d'un étonnement admiratif, c'est : comment font-ils ? Partant du principe que les Français travaillent chaque jour huit heures, qu'ils en passent deux dans les transports, deux dans les brasseries, quatre à regarder la télévision, et finalement huit à dormir, quand trouvent-ils donc le temps de fumer leur paquet quotidien ?

Oui, comment les Français font-ils pour rattraper le temps perdu ? Consomment-ils désormais leur ration à la chaîne ? Fument-ils en regardant la télévision, au risque de distraire une parcelle de leur cerveau disponible aux annonceurs et aux publicitaires ? Fument-ils en mangeant ? Mastiquent-ils en même temps nicotine et protéines, picotin et picotine ? Fument-ils au lit ? Fument-ils en dormant ? Questions bouleversantes qui obligent à reconsidérer totalement l'usage du temps de nos contemporains et inclinent à penser que le fait de fumer constitue pour certains un trait quasi existentiel.

Vous voulez interdire le tabac ? Vous croyez pouvoir enrayer la consommation de cigarettes ? Vous rêvez ! Des forces obscures, des forces proprement humaines résistent. En réalité, vous stimulez l'envie, la tentation. Car les chiffres publiés sont trompeurs en faisant croire à des ventes étales. L'interdiction de fumer dans les cafés, couplée à une augmentation régulière des tarifs des blondes et des brunes, stimule en fait les pulsions d'achat. Aux 54 milliards de cigarettes écoulées officiellement cette année, il faut ajouter les achats hors de France par les populations frontalières et l'explosion durable de la contrebande. Sans compter que la crise économique et le stress favoriseront en 2009 le tabagisme, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis

Faut-il en conclure que la loi appliquée depuis janvier 2008 est un fiasco ? Non, bien sûr ! Ce texte consacre la victoire des non-fumeurs, hier obligés d'inhaler la fumée des autres. Il a rendu un "nez" à des millions de citoyens privés de leur flair au point qu'ils ne savaient plus distinguer l'ail de l'oignon, le bordeaux du bourgogne, ni l'air des villes de celui de la campagne.

Mais surtout, ce texte confirme qu'il est vain d'espérer - que ce soit en claquant des doigts ou en promulguant des lois - la naissance d'un homme nouveau, sans addiction, sans vice. La courbe des ventes de cigarettes en France démontre à la perfection qu'on ne peut renoncer à un vice sans contrepartie. Ou alors le vice en question perdure en se déplaçant.

C'est le principe des vases communicants appliqué à un usage, une coutume ou un besoin ancré depuis des siècles. Vous le chassez d'un point, il revient ailleurs. C'est ce qui est apparemment arrivé aux fumeurs : s'ils ne peuvent plus fumer le jour, ils fument la nuit. S'ils ne peuvent plus ni fumer au travail ni dans les cafés, ils fument dehors et chez eux. Au risque d'enfumer les leurs. Avec une certitude : tant qu'un produit de substitution aussi puissant que le tabac ne sera pas proposé en compensation, les fumeurs continueront à fumer. A moins qu'ils ne se mettent à boire davantage. Mais là, nous n'avons pas encore les derniers chiffres...[/quote

Fument-ils en dormant ?, par Laurent Greilsamer
LE MONDE | 22.12.08 | 14h41 • Mis à jour le 22.12.08 | 16h54 Réagissez (17) Classez Imprimez Envoyez Partagez
Partagez :


C'est une information sidérante qui n'a occupé que quelques lignes ou une poignée de secondes dans les médias : les fumeurs français fument toujours autant. Autant dire que la loi qui interdit de fumer dans les cafés, les bars-tabac et les restaurants depuis janvier 2008 n'a pas permis de faire reculer une consommation insolente.


Consultez les archives du journal, tous les articles parus dans "Le Monde" depuis 1987.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

A LIRE AUSSI

Témoignages
"Nous les fumeurs, nous servons de tête de Turc"
Edition abonnés Archive : La consommation de tabac ne diminue plus en France

L'Office français de prévention du tabagisme regrette que les Français n'aient pas réduit leur consommation de cigarettes en 2008 et appelle le gouvernement à adopter de nouvelles mesures. Vous êtes fumeurs, comprenez-vous qu'on vous incite à arrêter ? Vous sentez-vous stigmatisés ?

Les fumeurs ont grillé 54 milliards de cigarettes cette année, ni plus ni moins qu'en 2004 ou 2005. Ils fument obstinément, obsessionnellement, et la première question qui vient à l'esprit, teintée d'un étonnement admiratif, c'est : comment font-ils ? Partant du principe que les Français travaillent chaque jour huit heures, qu'ils en passent deux dans les transports, deux dans les brasseries, quatre à regarder la télévision, et finalement huit à dormir, quand trouvent-ils donc le temps de fumer leur paquet quotidien ?

Oui, comment les Français font-ils pour rattraper le temps perdu ? Consomment-ils désormais leur ration à la chaîne ? Fument-ils en regardant la télévision, au risque de distraire une parcelle de leur cerveau disponible aux annonceurs et aux publicitaires ? Fument-ils en mangeant ? Mastiquent-ils en même temps nicotine et protéines, picotin et picotine ? Fument-ils au lit ? Fument-ils en dormant ? Questions bouleversantes qui obligent à reconsidérer totalement l'usage du temps de nos contemporains et inclinent à penser que le fait de fumer constitue pour certains un trait quasi existentiel.

Vous voulez interdire le tabac ? Vous croyez pouvoir enrayer la consommation de cigarettes ? Vous rêvez ! Des forces obscures, des forces proprement humaines résistent. En réalité, vous stimulez l'envie, la tentation. Car les chiffres publiés sont trompeurs en faisant croire à des ventes étales. L'interdiction de fumer dans les cafés, couplée à une augmentation régulière des tarifs des blondes et des brunes, stimule en fait les pulsions d'achat. Aux 54 milliards de cigarettes écoulées officiellement cette année, il faut ajouter les achats hors de France par les populations frontalières et l'explosion durable de la contrebande. Sans compter que la crise économique et le stress favoriseront en 2009 le tabagisme, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis

Faut-il en conclure que la loi appliquée depuis janvier 2008 est un fiasco ? Non, bien sûr ! Ce texte consacre la victoire des non-fumeurs, hier obligés d'inhaler la fumée des autres. Il a rendu un "nez" à des millions de citoyens privés de leur flair au point qu'ils ne savaient plus distinguer l'ail de l'oignon, le bordeaux du bourgogne, ni l'air des villes de celui de la campagne.

Mais surtout, ce texte confirme qu'il est vain d'espérer - que ce soit en claquant des doigts ou en promulguant des lois - la naissance d'un homme nouveau, sans addiction, sans vice. La courbe des ventes de cigarettes en France démontre à la perfection qu'on ne peut renoncer à un vice sans contrepartie. Ou alors le vice en question perdure en se déplaçant.

C'est le principe des vases communicants appliqué à un usage, une coutume ou un besoin ancré depuis des siècles. Vous le chassez d'un point, il revient ailleurs. C'est ce qui est apparemment arrivé aux fumeurs : s'ils ne peuvent plus fumer le jour, ils fument la nuit. S'ils ne peuvent plus ni fumer au travail ni dans les cafés, ils fument dehors et chez eux. Au risque d'enfumer les leurs. Avec une certitude : tant qu'un produit de substitution aussi puissant que le tabac ne sera pas proposé en compensation, les fumeurs continueront à fumer. A moins qu'ils ne se mettent à boire davantage. Mais là, nous n'avons pas encore les derniers chiffres...

Fument-ils en dormant ?, par Laurent Greilsamer
LE MONDE | 22.12.08 | 14h41 • Mis à jour le 22.12.08 | 16h54 Réagissez (17) Classez Imprimez Envoyez Partagez
Partagez :


C'est une information sidérante qui n'a occupé que quelques lignes ou une poignée de secondes dans les médias : les fumeurs français fument toujours autant. Autant dire que la loi qui interdit de fumer dans les cafés, les bars-tabac et les restaurants depuis janvier 2008 n'a pas permis de faire reculer une consommation insolente.


Consultez les archives du journal, tous les articles parus dans "Le Monde" depuis 1987.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

A LIRE AUSSI

Témoignages
"Nous les fumeurs, nous servons de tête de Turc"
Edition abonnés Archive : La consommation de tabac ne diminue plus en France

L'Office français de prévention du tabagisme regrette que les Français n'aient pas réduit leur consommation de cigarettes en 2008 et appelle le gouvernement à adopter de nouvelles mesures. Vous êtes fumeurs, comprenez-vous qu'on vous incite à arrêter ? Vous sentez-vous stigmatisés ?

Les fumeurs ont grillé 54 milliards de cigarettes cette année, ni plus ni moins qu'en 2004 ou 2005. Ils fument obstinément, obsessionnellement, et la première question qui vient à l'esprit, teintée d'un étonnement admiratif, c'est : comment font-ils ? Partant du principe que les Français travaillent chaque jour huit heures, qu'ils en passent deux dans les transports, deux dans les brasseries, quatre à regarder la télévision, et finalement huit à dormir, quand trouvent-ils donc le temps de fumer leur paquet quotidien ?

Oui, comment les Français font-ils pour rattraper le temps perdu ? Consomment-ils désormais leur ration à la chaîne ? Fument-ils en regardant la télévision, au risque de distraire une parcelle de leur cerveau disponible aux annonceurs et aux publicitaires ? Fument-ils en mangeant ? Mastiquent-ils en même temps nicotine et protéines, picotin et picotine ? Fument-ils au lit ? Fument-ils en dormant ? Questions bouleversantes qui obligent à reconsidérer totalement l'usage du temps de nos contemporains et inclinent à penser que le fait de fumer constitue pour certains un trait quasi existentiel.

Vous voulez interdire le tabac ? Vous croyez pouvoir enrayer la consommation de cigarettes ? Vous rêvez ! Des forces obscures, des forces proprement humaines résistent. En réalité, vous stimulez l'envie, la tentation. Car les chiffres publiés sont trompeurs en faisant croire à des ventes étales. L'interdiction de fumer dans les cafés, couplée à une augmentation régulière des tarifs des blondes et des brunes, stimule en fait les pulsions d'achat. Aux 54 milliards de cigarettes écoulées officiellement cette année, il faut ajouter les achats hors de France par les populations frontalières et l'explosion durable de la contrebande. Sans compter que la crise économique et le stress favoriseront en 2009 le tabagisme, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis

Faut-il en conclure que la loi appliquée depuis janvier 2008 est un fiasco ? Non, bien sûr ! Ce texte consacre la victoire des non-fumeurs, hier obligés d'inhaler la fumée des autres. Il a rendu un "nez" à des millions de citoyens privés de leur flair au point qu'ils ne savaient plus distinguer l'ail de l'oignon, le bordeaux du bourgogne, ni l'air des villes de celui de la campagne.

Mais surtout, ce texte confirme qu'il est vain d'espérer - que ce soit en claquant des doigts ou en promulguant des lois - la naissance d'un homme nouveau, sans addiction, sans vice. La courbe des ventes de cigarettes en France démontre à la perfection qu'on ne peut renoncer à un vice sans contrepartie. Ou alors le vice en question perdure en se déplaçant.

C'est le principe des vases communicants appliqué à un usage, une coutume ou un besoin ancré depuis des siècles. Vous le chassez d'un point, il revient ailleurs. C'est ce qui est apparemment arrivé aux fumeurs : s'ils ne peuvent plus fumer le jour, ils fument la nuit. S'ils ne peuvent plus ni fumer au travail ni dans les cafés, ils fument dehors et chez eux. Au risque d'enfumer les leurs. Avec une certitude : tant qu'un produit de substitution aussi puissant que le tabac ne sera pas proposé en compensation, les fumeurs continueront à fumer. A moins qu'ils ne se mettent à boire davantage. Mais là, nous n'avons pas encore les derniers chiffres...

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/12/22/fument-ils-en-dormant-par-laurent-greilsamer_1134024_3232.html

Je vous souhaite un joyeux Noel, une bonne année et une très bonne clope ....

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Mar 23 Déc 2008 - 11:07

Désolée pour le bug

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Lun 30 Mar 2009 - 17:10

Cigarettes : la France mauvaise élève de l'Europe

Notre pays se classe à la 22e position aux côtés de la Pologne.

Avec 28,3 % de fumeurs quotidiens, contre une moyenne de 26,4 % dans l'UE, la France s'impose comme l'une des plus mauvaises élèves du Vieux Continent en se hissant à la 22e place du dernier Eurobarometer Survey on Tobacco. Ex -aequo avec la Pologne, l'Hexagone, qui est très largement distancé par la Slovénie (17,2 %), la Suède (17,5 %) et la Finlande (18,9 %), n'atteint pourtant pas la performance de la Grèce, qui est en queue de peloton (34,7 %) aux côtés de la Bulgarie (30,5 %) et de la Hongrie (31,2 %). À ce taux élevé, il faut de surcroît ajouter les 5,9 % de fumeurs occasionnels, supérieurs là aussi à la moyenne européenne de 5,1 %. Ce qui porte à 33,4 % la proportion de fumeurs dans le pays. Autrement dit, l'interdiction de fumer dans les lieux publics, en vigueur depuis janvier 2008, n'a eu aucun impact : le nombre de fumeurs n'a pas baissé depuis 2004.

Trois par jour en moyenne

Selon le groupe Altadis, troisième fabricant de cigarettes en Europe de l'Ouest, la consommation de tabac reste à trois cigarettes par jour et par adulte en moyenne, sur l'ensemble de la population. Les ventes de substituts nicotiniques et de médicaments d'aide à l'arrêt sont eux aussi stables. Les précédentes données étaient moins pessimistes.

Selon le Baromètre santé 2005 de l'Inpes, fondé sur une autre méthodologie, il y avait 24,9 % de fumeurs quotidiens et 5 % de fumeurs occasionnels. «Ce n'est pas tant que l'on régresse, commente le Pr Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de prévention du tabagisme (OFT), c'est plutôt que les autres pays progressent.» Selon lui, s'il était nécessaire, avec la loi, de lutter contre le tabagisme passif, il est maintenant temps de s'attaquer au tabagisme actif. «À force de concentrer notre énergie sur les non-fumeurs, nous avons oublié ceux qui fument, dit-il. Il est impératif que les pouvoirs publics y remédient, car si les effets du tabagisme incombent aux médecins et aux associations, ils ne peuvent pas en traiter la cause.»

Impossible, pour ce spécialiste, de se résigner : «Comme en matière de sécurité routière, il faut prendre des mesures fortes même si elles sont impopulaires, affirme-t-il. Pourquoi le gouvernement interviendrait-il à chaque catastrophe de la route, qui cause 4 500 décès par an, et pas en direction des 66 000 décès annuels, soit quinze fois plus, dus au tabagisme ?» L'OFT recommande ainsi l'augmentation de 10 % du prix des cigarettes, des avertissements sanitaires sur les paquets sous forme d'images chocs, l'instauration de paquets génériques peu attractifs, des campagnes de «dénormalisation» du tabac et le remboursement des produits d'arrêt du tabac.


28,3 de réguliers et 5,1 de réguliers: effectivement on tourne toujours autour de 32 ou 33 %

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/30/01016-20090330ARTFIG00371-cigarettes-la-france-mauvaise-eleve-de-l-europe-.php

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Lun 30 Mar 2009 - 17:27

je voulais dire 28,3 % de fumeurs réguliers et 5,1% de fumeurs ocasionnels

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  de la Barre le Lun 30 Mar 2009 - 20:27

Inquiétant tout ça, ils veulent vraiment nous faire la peaux.
Si ça continue on ne sera même plus propriétaire de nos corps.

de la Barre

Messages : 5
Date d'inscription : 19/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Monsieur B. le Mar 31 Mar 2009 - 8:07

Ce qui m'inquiète dans tout ça, c'est que dans le même temps, ils commencent à ne plus rembourser intégralement ceux qui ont des longues maladies( ils veulent dérembourser certains produits pour les diabétiques par exemple). C'est sur que les diabétiques sans le sou vont continuer à se soigner correctement.

Monsieur B.

Messages : 137
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Mer 4 Nov 2009 - 10:00

Offensive contre les terrasses fumeurs

Delphine Chayet
03/11/2009

Depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer, les terrasses sont passées en trois ans de 30 000 à 45 000 en France.
Entièrement bâchées et chauffées, elles sont illégales. La justice va se prononcer.

Trois ans après l'adoption du décret instaurant l'interdiction de fumer dans les lieux publics, les militants antitabac sont à nouveau mobilisés. Jusqu'alors restée sur le qui-vive, l'association Droits des non-fumeurs (DNF) vient en effet d'engager une offensive contre les terrasses fumeurs. Une série de restaurants et de cafés parisiens, dont Le Bistrot Mazarin à Saint-Germain-des-Prés (VIe), La Bucherie (Ve) ou encore Le Café des Phares, à Bastille, vont recevoir dans les jours qui viennent des citations à comparaître en justice pour non-respect de la loi. Ils encourent une amende de 750 euros.

«Lorsqu'elles sont entièrement fermées par des bâches, les terrasses fumeurs sont illégales, souligne Gérard Audureau, président de l'association subventionnée par la Direction générale de la santé et l'Institut national du cancer. Or la loi est de plus en plus souvent contournée. Après avoir vainement alerté le ministère de la Santé et la profession, nous avons décidé de demander au juge d'intervenir.» Depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer, les terrasses se sont multipliées, passant en trois ans de 30 000 à 45 000 en France, selon le syndicat Synhorcat. À Paris, les demandes d'ouvertures ont augmenté de près de 27 % entre 2007 et 2008. Bâchées et chauffées, accueillant les fumeurs, les terrasses sont devenues des espaces très prisés qui contribuent pour beaucoup au chiffre d'affaires de l'établissement.

Or, selon une étude menée en 2008 par DNF, l'air intérieur des cafés et restaurants est pollué par la fumée de cigarettes venant de ces espaces. L'association, se fondant sur des mesures de concentration des particules fines dans l'air, concluait : «Dans ces établissements, les bénéfices de l'interdiction de fumer sont annulés par l'existence des terrasses.»

Pour l'exemple

Regrettant l'absence de contrôles et de sanctions, DNF espère désormais que des condamnations en justice auront valeur d'exemple. Le décret Bertrand, du 15 novembre 2006, autorise les terrasses fumeurs, à condition qu'elles soient en partie ouvertes - le toit ou la façade principale. Selon Me Pierre Mairat, avocat, «ce que craignent les associations de lutte contre le tabagisme, c'est que le décret devienne obsolète, à force de débordements, comme ce fut le cas pour la loi Evin». Parallèlement, d'autres procédures ont été lancées pour publicité illicite. Le restaurant Tante Marguerite, situé à deux pas de l'Assemblée nationale et fréquenté par les députés, est lui aussi visé par une procédure pénale.

http://www.lefigaro.fr/sante/2009/11/04/01004-20091104ARTFIG00064-offensive-contre-les-terrasses-fumeurs-.php

Exactement comme les parasites,qu'est-ce qu'ils feraient sans nous ?

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  jeanmarie le Mer 4 Nov 2009 - 11:56

C'est ce que disait Sir John il y a un an, la théorie de la peau de chagrin. Quand il y a un maniaque qui s'acharne sur vous et qui a le droit pour lui il n'y a pas beaucoup de solutions.

Dans le figaro il y aussi le sempiternel sondage internet, ces oisifs de l'ordi qui font maintenant l'opinion, une majorité écrasante vote pour les photos trash sur les paquets de cigarettes.

jeanmarie

Messages : 137
Date d'inscription : 10/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  sir john le Mer 4 Nov 2009 - 12:30

Cette affaire montre à nouveau que l'anti-tabagisme fanatique se saisit toujours de ses échecs pour persévérer dans l'erreur. La hausse des prix ne donne rien? Il faut un nouveau coup de massue fiscal. Et cette histoire de terrasses procède directement du décret. Quant aux images-chocs, il faudrait s'y opposer - sans espoir -, non pas en raison de leur caractère inesthétique, qui sera vite occulté par des étuis et caches
ad hoc dont les hygiénistes attribueront la responsabilité à une manoeuvre des vilains cigarettiers, mais parce qu'elles sont profondément débilitantes et injurieuses. Tout le monde est maintenant informé des dangers du tabagisme, il ne s'agit donc pas de communiquer dans l'urgence sur un danger que l'on vient de découvrir. Quel en est alors le sens réel si ce n'est: "fumeurs, vous êtes des enfants, des analphabètes, des crétins. On n'a pas cessé de vous répéter que fumer menait à ça. Comme vous n'avez pas encore compris, il faut vous le montrer"? C'est ça qui est insupportable. Par ailleurs, nos amis se gargarisent du grand succès de l'opération, notamment au Canada. J'ai eu la curiosité de consulter les statistiques du site du mpinistère canadien de la Santé. Il est exact que depuis l'année d'apposition des photos de poumons noircis et de gorges en feu, le nombre de jeunes fumeurs de Toronto ou Montréal a spectaculairement chuté. Le problème est que le site garde trace dans ses acrhives d'une enquête qui montre que le tabagisme avait reculé exactement dans les mêmes proportions dans la période précédente, bien avant l'apparition des avertissements visuels, les hausses de prix et les interdictions. En somme, le Canada était engagé comme d'autres sociétés dans un mouvement culturel, autonome, complexe, de désaffection vis-àvis du tabac, sans que la propagande ou les contraintes réglementaires en tous genres y soit pour grand chose. Mais puisqu'on vous dit que ça maaaarche...

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Invité le Mer 4 Nov 2009 - 12:57

alexandra a écrit:
Offensive contre les terrasses fumeurs

Delphine Chayet
03/11/2009

Depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer, les terrasses sont passées en trois ans de 30 000 à 45 000 en France.
Entièrement bâchées et chauffées, elles sont illégales. La justice va se prononcer.

Trois ans après l'adoption du décret instaurant l'interdiction de fumer dans les lieux publics, les militants antitabac sont à nouveau mobilisés. Jusqu'alors restée sur le qui-vive, l'association Droits des non-fumeurs (DNF) vient en effet d'engager une offensive contre les terrasses fumeurs. Une série de restaurants et de cafés parisiens, dont Le Bistrot Mazarin à Saint-Germain-des-Prés (VIe), La Bucherie (Ve) ou encore Le Café des Phares, à Bastille, vont recevoir dans les jours qui viennent des citations à comparaître en justice pour non-respect de la loi. Ils encourent une amende de 750 euros.

«Lorsqu'elles sont entièrement fermées par des bâches, les terrasses fumeurs sont illégales, souligne Gérard Audureau, président de l'association subventionnée par la Direction générale de la santé et l'Institut national du cancer. Or la loi est de plus en plus souvent contournée. Après avoir vainement alerté le ministère de la Santé et la profession, nous avons décidé de demander au juge d'intervenir.» Depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer, les terrasses se sont multipliées, passant en trois ans de 30 000 à 45 000 en France, selon le syndicat Synhorcat. À Paris, les demandes d'ouvertures ont augmenté de près de 27 % entre 2007 et 2008. Bâchées et chauffées, accueillant les fumeurs, les terrasses sont devenues des espaces très prisés qui contribuent pour beaucoup au chiffre d'affaires de l'établissement.

Or, selon une étude menée en 2008 par DNF, l'air intérieur des cafés et restaurants est pollué par la fumée de cigarettes venant de ces espaces. L'association, se fondant sur des mesures de concentration des particules fines dans l'air, concluait : «Dans ces établissements, les bénéfices de l'interdiction de fumer sont annulés par l'existence des terrasses.»

Pour l'exemple

Regrettant l'absence de contrôles et de sanctions, DNF espère désormais que des condamnations en justice auront valeur d'exemple. Le décret Bertrand, du 15 novembre 2006, autorise les terrasses fumeurs, à condition qu'elles soient en partie ouvertes - le toit ou la façade principale. Selon Me Pierre Mairat, avocat, «ce que craignent les associations de lutte contre le tabagisme, c'est que le décret devienne obsolète, à force de débordements, comme ce fut le cas pour la loi Evin». Parallèlement, d'autres procédures ont été lancées pour publicité illicite. Le restaurant Tante Marguerite, situé à deux pas de l'Assemblée nationale et fréquenté par les députés, est lui aussi visé par une procédure pénale.

http://www.lefigaro.fr/sante/2009/11/04/01004-20091104ARTFIG00064-offensive-contre-les-terrasses-fumeurs-.php

Exactement comme les parasites,qu'est-ce qu'ils feraient sans nous ?

Après avoir été qualifiés de miliciens, alexandra assimilent maintenant les membres de D.N.F. à des parasites. Cela change au moins du terme « milicien » qu’elle a dû employer au moins 200 fois sur ce forum. Malgré cet effort, c’est toujours aussi stupide, mais il est vrai que c’est monotone la bêtise, n’est-ce pas alexandra ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Parlez-vous le sir johnien ?

Message  Invité le Mer 4 Nov 2009 - 13:10

sir john a écrit:Cette affaire montre à nouveau que l'anti-tabagisme fanatique se saisit toujours de ses échecs pour persévérer dans l'erreur. La hausse des prix ne donne rien? Il faut un nouveau coup de massue fiscal. Et cette histoire de terrasses procède directement du décret. Quant aux images-chocs, il faudrait s'y opposer - sans espoir -, non pas en raison de leur caractère inesthétique, qui sera vite occulté par des étuis et caches
ad hoc dont les hygiénistes attribueront la responsabilité à une manoeuvre des vilains cigarettiers, mais parce qu'elles sont profondément débilitantes et injurieuses. Tout le monde est maintenant informé des dangers du tabagisme, il ne s'agit donc pas de communiquer dans l'urgence sur un danger que l'on vient de découvrir. Quel en est alors le sens réel si ce n'est: "fumeurs, vous êtes des enfants, des analphabètes, des crétins. On n'a pas cessé de vous répéter que fumer menait à ça. Comme vous n'avez pas encore compris, il faut vous le montrer"? C'est ça qui est insupportable. Par ailleurs, nos amis se gargarisent du grand succès de l'opération, notamment au Canada. J'ai eu la curiosité de consulter les statistiques du site du mpinistère canadien de la Santé. Il est exact que depuis l'année d'apposition des photos de poumons noircis et de gorges en feu, le nombre de jeunes fumeurs de Toronto ou Montréal a spectaculairement chuté. Le problème est que le site garde trace dans ses acrhives d'une enquête qui montre que le tabagisme avait reculé exactement dans les mêmes proportions dans la période précédente, bien avant l'apparition des avertissements visuels, les hausses de prix et les interdictions. En somme, le Canada était engagé comme d'autres sociétés dans un mouvement culturel, autonome, complexe, de désaffection vis-àvis du tabac, sans que la propagande ou les contraintes réglementaires en tous genres y soit pour grand chose. Mais puisqu'on vous dit que ça maaaarche...

Le sir johnien est une "langue" parlée par une seule personne dans le monde : le fonctionnaire sir john.

Vous avez l'illustration de cette belle langue ci-dessus : "mpinistère" et "acrhives".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  sir john le Mer 4 Nov 2009 - 13:39

Brigadier hatat au rapport! Notre comique troupier préféré, qui n'a jamais fait de fautes de frappe après relecture sur écran, nous comble à nouveau avec ses réflexions de fond soutenues et documentées. Je suis encore mortifié de voir mon propos totalement discrédité par ces remarques. Encore que thierry devrait peut-être se souvenir de l'épisode "débatteur-debater": dénoncer des erreurs de dactylographie après avoir fait une faute d'orthographe à propos d'une autre qui n'existait pas, c'est du pur hatat!
Par ailleurs, après les allusions sexistes et anti-assistés de pérez, l'inusable thierry ne peut pas s'empêcher de nous servir un nouveau poncif, cette fois sur le fonctionnariat, auquel je n'appartiens pas, ce qui n'est ni source de fierté, ni motif de honte, et n'a surtout aucune importance.
Revenez quand vous voulez, hatat, c'est toujours un plaisir de vous faire apparaître, si c'est encore possible, comme encore plus grotesque que vous n'êtes...

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les terrasses

Message  clodo le Jeu 5 Nov 2009 - 21:36

Ben moi je suis pour la suppression des terrasses fumeurs fermées dans la logique de protection contre le tabagisme passif pour protéger les employés...DONC suivons les préconisations européennes et quand les établissements n'ont pas de personnel laissons les choisir!!!!

C'est vraiment ridicule de chauffer dehors. Mais c'est la seule solution qu'ont trouvé les cafetiers pour s'arranger avec la loi et ne pas perdre leur clientèle quand ils le peuvent.

C'est dans ce sens que se fédèrent les tenanciers en Hollande.

J'ai du mal à croire à leur disparition...car il va y avoir beaucoup de chômeurs supplémentaires (les terrasses sont gourmandes en personnel) et de fermetures.

clodo

Messages : 94
Date d'inscription : 19/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Craven le Ven 6 Nov 2009 - 18:09

J'aime pas les terrasses. Je préfère être au comptoir. Au restau ou dans une brasserie je préfère être en salle, c'est nulle les terrasses chaufées. J'y vais jamais.

Pour autant, je ne suis évidemment pas pour leur disparition, faut laisser les gens tranquille, les cafetiers bosser et les clients prendre du bon temps.

Mais DNF touche de l'argent avec nos impôts, faut bien qu'ils fassent quelque chose. Alors ils squattent les tribunaux. Ca fait travailler les avocats et c'est l'occasion de créer une belle jurisprudence.

Du moment qu'ils font pas chier les nombreux bars qui laissent fumer leurs clients dans nos belles provinces et nos banlieues assoupies ...

J'espère tout de même qu'ils seront déboutés froidement et seront condamnés aux dépens et frais irrépétibles.

NB : Sir John, cher ami, arrête d'humilier Hatataque, je crois qu'il y trouve du plaisir ! A ce niveau c'est pas possible !

Craven

Messages : 226
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Monsieur B. le Ven 6 Nov 2009 - 22:12

Craven a écrit:J'aime pas les terrasses. Je préfère être au comptoir. Au restau ou dans une brasserie je préfère être en salle, c'est nulle les terrasses chaufées. J'y vais jamais.

Pour autant, je ne suis évidemment pas pour leur disparition, faut laisser les gens tranquille, les cafetiers bosser et les clients prendre du bon temps.

Mais DNF touche de l'argent avec nos impôts, faut bien qu'ils fassent quelque chose. Alors ils squattent les tribunaux. Ca fait travailler les avocats et c'est l'occasion de créer une belle jurisprudence.

Du moment qu'ils font pas chier les nombreux bars qui laissent fumer leurs clients dans nos belles provinces et nos banlieues assoupies ...

J'espère tout de même qu'ils seront déboutés froidement et seront condamnés aux dépens et frais irrépétibles.

NB : Sir John, cher ami, arrête d'humilier Hatataque, je crois qu'il y trouve du plaisir ! A ce niveau c'est pas possible !

D'accord sur toute la ligne. Vive la clope sur le zing, la terasse, c'est la rue, ça a le même interêt que prendre une canette et se poser sur un banc.

Monsieur B.

Messages : 137
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  sir john le Sam 7 Nov 2009 - 8:45

salut, les amis!
D'accord avec vous, si fumer en terrasse peut avoir un intérêt épisodique par beau temps, ce n'est pas l'essentiel.
Cher Craven: c'est vrai, hatat de boue semble avoir besoin de sa gifle hebdomadaire, mais il aime tant nous haïr que nous lui sommes devenus nécessaires, ça doit être bon pour ses complexes. C'est assez mesquin, je l'avoue, mais quand on a sous la main un spécimen aussi remarquable d'imbécile, il est difficile de ne pas en profiter.

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A propos des terrasse

Message  clodo le Sam 7 Nov 2009 - 17:46

C'est la première fois que j'entends des fumeurs, qui d'habitude ne se plaignent pas des bar non fumeurs, mentionner cet article et dire que là ça va trop loin que c'est de la pure stigmatisation.

Attention aux limites...

clodo

Messages : 94
Date d'inscription : 19/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  alexandra le Lun 22 Fév 2010 - 13:06

Les cafetiers cherchent la parade aux lois sur le tabac


Les fortes hausses du prix du tabac imposées par l'État depuis 2002 ont poussé plus de 4000 débits à mettre la clé sous la porte. Crédits photo : Le Figaro
Buralistes et débits de boissons ont du mal à attirer de nouveaux clients.

Interdiction de fumer, de faire du bruit… Pour peu que l'accueil laisse à désirer, l'idée d'un apéro dans un café est vite oubliée. Les bars sont de moins en moins fréquentés, et de moins en moins nombreux : 500 0000 en 1900, dix fois moins en 2000; et un peu moins de 30 000 aujourd'hui, dont 8 500 vendent aussi des cigarettes. «Le phénomène s'est amplifié l'an passé, avec plus de 6 000 fermetures», souligne Bernard Boutboul, directeur du cabinet d'études Gira.


Par ailleurs, les fortes hausses du prix du tabac imposées par l'État depuis 2002 ont poussé plus de 4 000 débits à mettre la clé sous la porte. Le plus souvent, il s'agit de points de vente situés près des frontières, victimes des tarifs plus attractifs en Belgique et en Espagne.

En réalité, la hausse des cigarettes a permis aux débitants qui ont réussi à maintenir leur activité (il en reste un peu plus de 28 000 en France) d'augmenter leurs revenus liés au tabac malgré la baisse des ventes. Ils touchent en effet plus de 8 % du prix des cigarettes : quand les prix réglementés augmentent, leurs revenus aussi. «Mais avec la baisse du nombre de fumeurs, c'est autant de clients qui ne rentrent plus chez nous et n'achètent plus les autres produits», se défend Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes. Ces derniers ne peuvent plus autant compter sur les briquets, confiseries, petits noirs et demis pour développer leurs ventes totales.

«La compensation venant de l'État (sur l'alcool, les cigarettes, les timbres) et l'aide des collectivités locales deviennent de plus en plus importantes dans la rémunération des bars-tabac, constate Jacques-Olivier Bruzeau, associé au cabinet en stratégie Oliver Wyman. En milieu rural, ces aides représentent jusqu'à 40 % du chiffre d'affaires. Cette dépendance leur permet de résister tant bien que mal au recul de la fréquentation, mais elle les conforte dans un certain immobilisme.»

De nombreux cafés vont encore fermer faute de repreneur dès que leurs gérants partiront en retraite. «Beaucoup de bars-tabac sont aussi en sursis à cause de l'ouverture des jeux d'argent sur Internet. De nombreux de joueurs du PMU et de La Française des jeux n'iront plus chez eux, estime Bernard Quartier, président de l'Institut du développement des cafés-bars-brasseries. Par ailleurs, on a trop orienté les bistrots autour de la bière et du tabac. Au contraire, Starbucks attire, parce que les jeunes aiment le décor et que les produits sont adaptés, même s'ils sont chers.»


Une diversification indispensable

Selon lui, les cafés doivent créer des événements pour inciter les gens à se rencontrer . Ce n'est pas la seule piste. «Les cafés ont une chance de se réinventer en devenant de vrais points de vente de services de proximité, affirme Jacques-Olivier Bruzeau. Beaucoup de sites Internet auront besoin de relais en milieu rurbain et dans les campagnes. Pourquoi ne pas aller chercher des lunettes achetées sur Internet chez son cafetier ou, dans quelques années, acheter son téléphone mobile Free dans son bar-tabac ? En milieu rural, les cafés pourraient être des points de contact pour les prestataires de services à domicile.»

Dans ce secteur, comme ailleurs, l'union pourrait faire la force. «En Grande-Bretagne, il existe des chaînes de pubs, souligne Jacques-Olivier Bruzeau. En France, les gérants de ces établissements sont attachés à leur indépendance et ont du mal à se fédérer. En se groupant en chaînes de cafés à la française, ils pourraient acheter à des conditions plus avantageuses, organiser des soirées pour faire parler d'eux.»

http://www.lefigaro.fr/conso/2010/02/17/05007-20100217ARTFIG00893-les-cafetiers-cherchent-la-parade-aux-lois-sur-le-tabac-.php

Toujours les mêmes propositions débiles. Ils ne sont pas prêts de voir les clients revenir.

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Monsieur B. le Lun 22 Fév 2010 - 18:25

C'est sur que venir dans un bistrot pour aller chercher sa freebox est tellement plus convivial que de fumer une clope avec une bonne bière.
Et les gens viendraient plus souvent faire leurs courses dans un bar qu'ils ne venaient boire un coup....
Dire que ces gens nous gouvernent...

Monsieur B.

Messages : 137
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur le fig.fr

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum