Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs

Vu sur Le Parisien.fr

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Lun 31 Mai 2010 - 9:15

Une thèse bien loin de faire l’unanimité

« Oui, le tabagisme passif tue. » Le pneumologue Bertrand Dautzenberg, l’un des plus farouches défenseurs de l’interdiction de fumer dans les lieux publics, n’a que faire des doutes émis par Philippe Even. « Rien que pour les maladies cardiovasculaires, on dénombre environ 2300 morts par an du tabagisme passif en France, et les effets sur les bronchites et l’asthme ne sont plus à démontrer », affirme le président de l’Office français de prévention du tabagisme, citant ses propres travaux.

En revanche, sur les risques de cancer du poumon, le professeur admet qu’on « se situe là dans les limites de l’incertitude statistique ». « L’impact est plus difficile à mesurer, mais les études parlent d’une augmentation du risque d’environ 14%, ce qui représente quand même entre 100 et 300 morts par an. C’est déjà trop! »
Dans tous les cas, les effets de la fumée passive sur le cœur, eux, semblent faire consensus chez les scientifiques. « Les études montrent une augmentation de 25% du risque d’infarctus », confirme Daniel Thomas, de l’Institut de cardiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Et de citer une étude française parue mardi dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » sur les conséquences de l’interdiction de fumer dans les lieux publics en Europe. « Les pays qui ont appliqué la loi ont déjà vu le nombre d’infarctus diminuer de 17%! » Seule exception, la France. « Il n’y a pas de baisse significative depuis le décret, mais à la différence des autres pays, le nombre d’infarctus avait déjà fortement baissé depuis la loi Evin », justifie le cardiologue.
Reste que pour certains défenseurs de la loi, nul besoin d’agiter courbes et statistiques pour justifier son bien-fondé. « C’est aussi, et surtout, une question de confort et de bien-être, soutient Gérard Audureau, président de Droits des non-fumeurs. On manque peut-être d’études sur les effets du tabagisme passif en France, mais cela ne change rien au fait que les non-fumeurs en avaient marre de devoir supporter la fumée des autres. Il peut y avoir débat sur tel ou tel chiffre, mais cela ne remet pas en cause la principale avancée de cette loi, le droit que nous avons de respirer un air pur. »

http://www.leparisien.fr/societe/une-these-bien-loin-de-faire-l-unanimite-31-05-2010-943931.php

L'un cite ses propres travaux mais surtout pas ceux des autres, l'autre n'essaie plus de nous faire pleurer sur les soit disant victimes du tabagisme passif mais invente une sorte de droit au confort et au bien être. Quant au droit à un air pur quelle rigolade !

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  sir john le Lun 31 Mai 2010 - 10:02

http://www.leparisien.fr/abo-faitdujour/on-a-cree-une-peur-qui-ne-repose-sur-rien-31-05-2010-943934.php

Le Pr Even est un misérable vendu aux cigarettiers, c'est évident. J'apprécie toujours le "ce n'est plus à démontrer" de Dautzenberg et ses pairs.
Par ailleurs, en cette journée mondiale sans tabac - où personne ne va fumer moins...-, je vous conseille d'aller voir ceci:

http://www.who.int/tobacco/wntd/2010/fr_tfi_wntd_2010_sticker_without.pdf
et les autres affiches de l'OMS.
L'irrépressible propension hygiéniste à prendre les (jeunes) gens pour de parfaits crétins se confirme pleinement: on frémit à l'idée qu'un créatif ait pu être rétribué ou simplement félicité pour un slogan d'une telle nullité !

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Lun 31 Mai 2010 - 10:33

Je viens de voir l'affiche. Je change de métier demain. Je peux en pondre des dizaines comme ça et je suis sûre que c'est bien payé.

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  sir john le Lun 31 Mai 2010 - 16:48

Effectivement, ça donne envie.
Et toujours, chez Audureau & Co, la même tendance à prendre la partie pour le tout: 1" personne ne veut revenir en arrière" Eh si, nous sommes quelques uns, mais plutôt à vouloir aller de l'avant avec des aménagements acceptables. 2 "droit à respirer un air pur": comme si une atmosphère débarrassée de fumée de tabac devenait 100% vierge de bactéries, miasmes et autres émanations !

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  sir john le Lun 31 Mai 2010 - 18:55

http://www.liberation.fr/vous/0101638714-la-seule-victime-du-tabac-c-est-le-fumeur-actif

Interview du Pr Molimard, agent d'influence notoire de Swedish Match

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mer 23 Juin 2010 - 11:26

Il fallait bien que quelqu'un s'y colle :la réponse aux propos du professeur Even vient du docteur Hosselet président de droit à l'air pur (je ne m'étend pas sur le bonhomme si ce n'est pour préciser qu'il joue dans la même catégorie qu'Audureau et Dautzenberg).
Il reprend la tactique de l'OMS après qu'elle a du rendre publique un bout de l'étude qu'elle a voulue cacher: elle a publié un article intitulé "Ne les laissez pas vous tromper, le tabagisme passif tue", pour Hosselet c'est plus sobrement "Oui, le tabagisme passif rend malade et tue...".
On notera qu'il reprend les chiffres incroyables des baisses de pathologies cardiovasculaires alors que ces chiffres ont été démontés pratiquement à chaque fois, qu'il égrenne comme un perroquet la liste des maladies soit disant causées par le tabagisme passif (un medecin américain vient justement de faire une mise au point sur le rapport tabac et maladie mentale et rapelle un fait tout simple à savoir que les malades mentaux et les gens souffrant de troubles du comportement fument plus) mais surtout il y comme toujours l'allusion à peine voilée à la corruption. Ajoutée au fait qu'il précise bien que le professeur Even est à la retraite, le lecteur devra en conclure qu'il est payé par l'industrie du tabac et que de toute façon il ne sait pas de quoi il parle (c'est bien connu quand vous prenez votre retraite vous devenez ipso facto idiot).
Encore une démonstration du "puisque je vous le dis c'est comme ça".

Oui, le tabagisme passif rend malade et tue par milliers…

Docteur Jean-Jacques Hosselet, pneumologue et somnologue

Les deux principaux piliers de la propagande de l'industrie du tabac s'appuient, d'une part, sur une constante valorisation de l'acte de fumer, et ce, grâce à la complicité d'une majorité d'acteurs de cinéma et, d'autre part, sur des compagnes de désinformation minimisant ou niant la toxicité du tabagisme.

Nous assistons à une nouvelle désinformation orchestrée par un pneumologue retraité, Philipe Even, pour ne plus le nommer, qui assure sur une video largement diffusé sur Internet, "qu'une centaine d'études conclut que le risque de cancer est augmenté, probablement, ce n'est même pas sûr, de 1 à 2 %". Il a confirmé ses propos dans un article dans le journal Le Parisien lors la journée mondiale de lutte contre le tabagisme du 31 mai.

Il s'agit de propos mensongers et irresponsables sachant qu'il y a des millions d'adultes et d'enfants qui sont toujours victimes du tabagisme passif en France.

Ce ne sont pas des centaines d'études qui ont été publiées concernant le tabagisme passif mais, à ce jour, 9 400 articles scientifiques qui sont référencés sur le site de l'US National Library of Medicine National Institute of Health. D'ailleurs, chacun peut y accéder librement sur Pubmed pour obtenir la liste des publications sur le tabagisme passif en y écrivant "passive smoking". Il n'y a pas moins de 520 articles concernant spécifiquement la mortalité dûe au tabagisme passif ("passive smoking and mortality").

Il prétend nier toutes ces informations scientifiques parce qu'une étude épidémiologique française sur la mortalité de tabagisme passif présenterait des limites méthodologiques. A ses yeux, les études réalisées à l'étranger ne sont pas valables. Et pourtant, les chiffres en France sont en cohérence avec les statistiques dans des pays dans lesquels des études épidémiologiques sérieuses ont été réalisées. Nous savons que ces chiffres de 5 000 à 6 000 décès par an par tabagisme passif sont inférieurs à la réalité. De nombreux cancers n'ont pas ou viennent juste d'être ajoutés à la liste des cancers associés au tabagisme et ne sont pas encore intégrés dans les statistiques officielles, comme le cancer du sein, du côlon et du pancréas.

De plus, les conséquences du tabagisme ne se limitent pas aux cancers. Il est responsable d'une augmentation de pathologies variées responsables de décès prématurés. Il y a bien évidemment la pathologie cardiovasculaire avec son lot d'infarctus et d'accidents vasculaires cérébraux. D'ailleurs, des études épidémiologiques sérieuses ont montré indéniablement et constamment des diminutions de 15 % à 30 % des pathologies cardiovasculaires lors de l'application des lois de lutte contre le tabagisme passif comme en Irlande, en Italie, aux Etats-Unis, mais aussi en France.

DÉSINFORMATION ET MANIPULATIONS

De nombreuses études dans le monde ont montré l'augmentation de mort subite de nourrisson dans les familles de fumeur, mais aussi de prématurité et de mortalité infantile, d'asthme, d'allergie, de retards mentaux, de tumeurs du cerveau et de leucémie, de troubles respiratoires obstructifs du sommeil, de troubles du comportement et de maladies mentales.

Il suffit d'un minimum de réflexion pour comprendre que ce serait un miracle biochimique que la toxicité de la fumée puisse discriminer celui qui la produit de celui qui l'inhale passivement et épargner ce dernier ? Alors que l'on trouve tous les cancérigènes de la fumée dans les urines, les graisses et les cheveux des enfants et des adultes qui sont enfumés. Comment peut-on croire que ces toxiques qui s'accumulent dans l'organisme n'exprimeront jamais leur toxicité ?

La question est de savoir quels sont les objectifs réels de ce médecin retraité et de ceux qui ont soutenu cette nouvelle campagne de désinformation. Probablement en induisant le doute, veulent-ils saboter les lois de protection contre le tabagisme passif qui compromettent les ventes de cigarettes.

Dans le passé, il y a déjà eu des médecins qui ont été payés par Philip Morris pour minimiser les effets du tabagisme passif comme le Docteur Ragnar Rylander en Suisse et le Docteur Frank Sullivan en Angleterre. Le premier a minimisé le rôle du tabagisme passif dans la survenue du cancer et l'autre dans celle de la mort subite du nourrisson.

C'est pourquoi nous devons dénoncer publiquement ces compagnes de désinformation et de manipulations ; et ce d'autant plus, que nous observons un retour important du tabagisme passif en milieu professionnel et une absence de prévention et protection effective de l'enfant enfumé au domicile.

Docteur Jean-Jacques Hosselet, président de l'association Droit à l'air pur.

Docteur Jean-Jacques Hosselet, pneumologue et somnologue

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/06/23/oui-le-tabagisme-passif-rend-malade-et-tue-par-milliers_1376660_3232.html

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  Monsieur B. le Jeu 26 Aoû 2010 - 22:26

L'affiche est terrible!! Et c'est des millions de nos impots qui partent financer ces créatifs! Au moins ça n'aura pas eu d'effets dissuasifs...

Pour la pureté de l'air, voir les dernieres études sur la polution intérieure testée par des politiques. (Peut-être en avez vous déjà parlé)
http://www.rue89.com/planete89/2010/08/25/pollution-des-politiques-effares-apres-avoir-teste-leur-air-interieur-163771

Info prise sur l'execelent site: http://lesdissidentsdegeneve.ch/ . (site dont je vais vous reparler dans la bonne section)

Monsieur B.

Messages : 137
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Ven 19 Nov 2010 - 9:32

Achats de cigarettes à l'étranger : vers la fin des limitations légales

Sous la pression de Bruxelles, la France va supprimer les limitations légales à l'achat de tabac à l'étranger. C'est ce que prévoit le projet de loi de finances rectificative présenté mercredi en Conseil des ministres.

Actuellement, la législation française prévoit des limites quantitatives concernant la circulation (1 kg, soit 5 cartouches) et la détention (2 kg, soit 10 cartouches) sur le territoire français de cigarettes, pour les particuliers ayant acheté ces produits dans d'autres pays de l'UE.

«Principes de libre-circulation»

Or la Commission a considéré que «cette situation n'est pas conforme aux principes de libre-circulation». En novembre 2009, elle a exigé de la France qu'elle assouplisse ces règles avant de décider, en juin, de la traduire devant la Cour européenne de justice.

Pour se mettre en conformité, le gouvernement «propose de supprimer dans le code général des impôts toute notion de quantité», selon le projet de loi de finances rectificative.

Après des augmentations de prix d'environ 40% en France, le député Yves Bur avait voulu limiter les achats transfrontaliers qui se sont multipliés depuis 2004. En 2006, il avait donc adopté un amendement pour contrôler les quantités.

«Consommation personnelle»


Cependant, les achats transfrontaliers n'avaient pas baissé. La suppression des restrictions ne devrait donc pas accroître les achats par des fumeurs Français, en Espagne, en Belgique ou au Luxembourg où les cigarettes se vendent 20 à 30% moins cher que dans le réseau des 28.000 buralistes en France.

De plus, une limite à l'acquisition de cigarettes à l'étranger a été fixée. «La limite n'est plus chiffrée mais elle existe, c'est celle de la consommation personnelle qui devra être appréciée par les douanes en cas de contrôle», souligne-t-on encore. S'il est établi qu'il s'agit d'une activité commerciale, alors il s'agira d'une infraction aux règles du monopole sur la vente des tabacs.

Se disant «en colère», le patron des buralistes Pascal Montredon, demande «de la cohérence» à Bruxelles. Il reproche à la Commission de «durcir» sa politique de santé publique en imposant les images choc, en réfléchissant aux paquets génériques (sans logo, ni couleur), tout en «ouvrant les portes à tous les trafics».


http://www.leparisien.fr/economie/achats-de-cigarettes-a-l-etranger-vers-la-fin-des-limitations-legales-18-11-2010-1156044.php

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  El Tigré le Sam 20 Nov 2010 - 14:10

Bon ben voilà. J'ai fait un petit calcul rapide.

Le voyage aller/retour vers la Belgique en ce qui me concerne coûte à peu près 100€ (gasoil pour ma xantia et péages) et prend la journée.

Je fume environ 400 paquets par an et ma femme environ 200. Soit 60 cartouches (çà passe largement dans le coffre de ma titine).

Economies réalisées en une journée 600€ - 100€ = 500€.

Pour une fois que les choux de bruxelles font quelque chose à mon avantage, je ne vais pas m'en priver !

Dommage que l'Espagne soit trop loin pour moi.....

El Tigré

Messages : 107
Date d'inscription : 01/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mer 1 Déc 2010 - 16:00

Rébellion française sur la libre circulation du tabac dans l'UE


La commission des Finances de l'Assemblée nationale a refusé mercredi de lever les restrictions françaises sur les quantités de tabac qui peuvent être achetées dans un autre pays de l'Union européenne.

La Commission européenne exige que la France assouplisse sa réglementation pour que ses citoyens puissent bénéficier de la libre circulation des produits et acheter autant de tabac qu'ils le souhaitent dans les pays voisins, dans la limite d'une consommation normale, non précisée.

La législation française actuelle dispose que seuls les professionnels du secteur peuvent détenir plus de deux kilogrammes de tabac manufacturé, soit dix cartouches de cigarettes, dans un local ou un véhicule, et limite la circulation à un kilogramme, soit cinq cartouches.

La commission des Finances, qui examinait le projet de loi de finances rectificative pour 2010, a adopté les amendements déposés par des élus UMP et du Nouveau centre (NC) qui proposent de maintenir ces restrictions pour des motifs de santé publique et de protection des buralistes frontaliers.

Si les députés suivent la commission en séance publique, la France se retrouvera dans l'illégalité sur le plan européen.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait annoncé la semaine dernière à l'Assemblée nationale que le gouvernement ne pourrait échapper à la réglementation européenne.

"Il est des décisions qui n'enchantent guère les responsables publics et politiques. Ainsi nous sommes obligés d'appliquer celle de la Commission de Bruxelles (...) faute de quoi la France sera sans aucun doute condamnée par la Cour de justice des Communautés européennes", avait-il dit.

Mercredi, il a toutefois indiqué qu'il tenterait de maintenir certaines restrictions quantitatives.

"En étant tenace en ayant travaillé avec (le ministre du Budget) François Baroin sur cette question, je pense qu'on va modifier ce qui était prévu parce que le tabac n'est pas un produit comme les autres", a-t-il dit sur France 2. "Je suis persuadé qu'il est possible de mettre en place, encore, des limites à l'importation de tabac."

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

http://fr.news.yahoo.com/4/20101201/tts-france-budget-assemblee-ca02f96.html

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Jeu 9 Déc 2010 - 12:05

Les députés hostiles à la libre circulation du tabac

Les députés sont hostiles à la libre circulation du tabac réclamée par la Commission européenne et favorables au maintien des restrictions sur les quantités de paquets de cigarettes pouvant être achetées dans un autre pays de l'Union européenne.

L'ASSEMBLÉE NATIONALE N'EST PAS FAVORABLE À LA LIBRE CIRCULATION DU TABAC

Les députés, qui poursuivaient l'examen du nouveau collectif budgétaire pour 2010, ont maintenu, contre l'avis du gouvernement, un amendement de leur commission des Finances qui supprime une mesure du texte visant à abroger les restrictions à l'achat de tabac au sein de l'Union européenne.

La législation française actuelle limite la circulation à cinq cartouches (1 kg) de cigarettes et la détention à dix cartouches (2 kg) par les particuliers ayant effectué des achats transfrontaliers.

Mais la Commission européenne exige un assouplissement de la règlementation afin, affirme-t-elle, de respecter le principe de libre circulation.

Une proposition vivement critiquée non seulement par les députés mais également par les buralistes français, notamment des zones frontalières. D'autres élus ont avancé des raisons de santé publique pour exprimer leur rejet de l'injonction de l'exécutif européen.

L'Assemblée a en revanche rejeté, comme le souhaitait le gouvernement, un amendement du président de la commission des Finances, Jérôme Cahuzac (PS), qui proposait de relever le minimum de perception de 173 à 180 euros pour 1.000 cigarettes et qui, s'il avait été adopté, aurait entrainé une hausse de 4% - soit 20 centimes - du prix des paquets de cigarettes d'entrée de gamme.

L'examen du projet de loi de finances rectificative pour 2010 devrait s'achever jeudi soir. Le Sénat l'examinera à son tour à partir du 15 décembre, le vote définitif par le Parlement étant prévu le 21 décembre.

Emile Picy, édité par Patrick Vignal

http://fr.news.yahoo.com/4/20101209/tts-france-budget-assemblee-ca02f96.html

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mar 14 Déc 2010 - 12:09

Tabac : les sénateurs voudraient supprimer les restrictions d’achat en Europe

A compter du 1er janvier 2011, les Français doivent pouvoir introduire sur le territoire national “autant de cartouches de cigarettes qu’ils le souhaitent”, selon les sénateurs. Réunis au sein de la commission des finances, ils ont adopté, lundi 13 décembre, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2010, un amendement réinstaurant la mesure de suppression des restrictions sur les achats de tabac, qui figurait dans le projet initial du gouvernement, mais que les députés avait annulée.

“Il faut revenir à la rédaction initialement proposée par le gouvernement afin de mettre en conformité avec le droit communautaire les règles françaises en matière de détention et de circulation des produits de tabac”, justifie Philippe Marini, le rapporteur général (UMP) du budget, auteur de cet amendement.

La législation instaure jusqu’à présent des limites pour la circulation (un kilo, soit cinq cartouches de cigarettes) et la détention (deux kilos, soit 10 cartouches) sur le territoire français de tabac manufacturé, pour les particuliers ayant acheté ces produits dans d’autres pays européens.

Le gouvernement, sur demande de Bruxelles, avait inscrit dans le projet de loi de finances rectificatives pour 2010 la suppression de ces limitations. Cette annonce avait suscité de vives réactions, tant chez les anti-tabac, pour des raisons sanitaires, que chez les buralistes, pointant les risques d’explosion des achats transfrontaliers. Contre l’avis du gouvernement, les députés avaient voté un amendement supprimant cette disposition.

Apporter la preuve d’une consommation personnelle

M. Marini a posé quelques “bornes” à cette ouverture totale : une procédure d’enquête pourrait être déclenchée à partir de certains seuils (au-delà de 800 cigarettes soit 800 grammes, 400 cigarillos, 200 cigares ou 1 kilogramme de tabac à fumer) pour s’assurer que les quantités de tabac transportées par un particulier sont destinées à ses besoins propres et ne correspondent pas à une détention à des fins commerciales .

“Au-delà de trois fois les seuils précités (soit 2,4 kilogrammes pour les cigarettes), le particulier devra apporter la preuve que les tabacs transportés correspondent à sa consommation personnelle ; à défaut le caractère commercial sera établi (avec taxation et sanction)“, précise le sénateur.

L’amendement doit encore passer le cap de la séance publique. L’examen du collectif budgétaire commence mercredi 15 décembre au Sénat.

http://bercy.blog.lemonde.fr/2010/12/13/tabac-les-senateurs-voudraient-supprimer-les-restrictions/

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

combat d'arrière-garde

Message  sir john le Mer 15 Déc 2010 - 11:13

une fois de plus, l'anti-tabagisme fait faire n'importe quoi. En inversant la charge de la preuve ( de consommation personnelle ), on entre dans un état juridique d'exception. Dans un dispositif de droit normal, ce serait à l'accusation de prouver une transaction de revente En plus, sur le plan concret, je vois mal comment on pourrait démontrer que telle ou telle quantité de tabac est destinée ou non à un usage personnel.
Nos gouvernants ont toujours du mal à admettre la portée des principes du droit communautaire, à commencer par celui de la libre circulation des marchandises dont , ne leur en déplaise, le tabac fait partie

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  Monsieur B. le Mer 15 Déc 2010 - 13:00

Pour la question de droits, tu as tout à fait raison Sir John.
Et il n'y a pas que la libre circulation du tabac qui gène nos politiques. L'Europe, ça leurs excuse trop facilement certaines lois quand ça les arrange. ("On a pas le choix, c'est l'Europe qui décide.") Et quand ça les arrange pas, ils s'en plaignent.

On en parle plus aujourd'hui, mais même la libre circulation des personnes au sein même de l'union européenne est difficile ces derniers mois entre la France et les pays de l'est...

Monsieur B.

Messages : 137
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mar 21 Déc 2010 - 16:43

Restrictions maintenues sur l'achat du tabac

Le gouvernement ne devait pas s’opposer, mardi 21 décembre lors du vote du projet de loi de finances rectificative, au choix des députés et sénateurs de maintenir les restrictions et interdictions sur le transport et la détention de tabac acheté au sein de l’Union européenne.

Le gouvernement voulait supprimer ces limitations pour se conformer aux exigences de la Commission européenne. Celle-ci avait estimé, le 20 novembre 2009, que limiter à partir de 1 kg (5 cartouches de cigarettes) et interdire au-delà de 2 kg toute détention ou circulation de tabac contrevenait au principe de libre circulation.

Les parlementaires ont décidé, lundi 20 décembre lors de la commission mixte paritaire sur le projet de loi de finances rectificative pour 2010, de maintenir le système actuel.

“Libération complète du marché”

Lors des débats au Sénat, le 17 décembre, le ministre du budget, François Baroin avait mis en garde les parlementaires sur les conséquences d’un maintien de la législation actuelle : “si vous votez contre le texte du gouvernement que va-t-il se passer, non pas à un horizon lointain, mais disons à dix mois ? Eh bien, à l’automne prochain, la France sera condamnée à verser une amende et il n’y aura plus aucun compromis possible avec la Commission. Elle autorisera la libération complète du marché et vous ne pourrez empêcher l’explosion des voyages dans les pays frontaliers où se pratiquera un achat sans limite, sans aucun contrôle, sans aucune restriction”.

“Favorable au maintien des restrictions” à l’importation de produits du tabac, la sénatrice Anne-Marie Payet (Union centriste) avait fait valoir que rien n’était acquis sur le terrain jurifdique : “le nouveau traité sur le fonctionnement de l’Union européenne reprend des dispositions anciennes autorisant les États membres à pratiquer des restrictions quantitatives à l’importation pour des raisons de protection de la santé“, avait-elle souligné.

Elle avait ajouté que la Cour de justice de l’Union européenne, “dans un arrêt de mars dernier, a relevé que la Commission n’a pas invoqué de violation de ces dispositions”. “En conséquence, soulignait-elle, je ne suis pas certaine que la Cour nous condamnerait pour avoir limité la circulation du tabac à un kilogramme et la détention à deux kilos, comme le prévoit la législation aujourd’hui en vigueur“.

“Débitants de tabac en grande difficulté”

La sénatrice (UMP) Catherine Procaccia avait, quant à elle, évoqué les problèmes de santé publique que créeraient, selon elle, la suppression des limitations actuelles : “adopter cette disposition reviendrait à nier toute utilité aux campagnes de prévention que nous lançons depuis si longtemps, notamment pour dissuader les adolescents de fumer”.

Mais c’est le sénateur (PS) Roland Courteau qui avait surtout insisté sur le point qui a fait que les parlementaires se sont aussi saisis de ce dossier : la grogne des buralistes, et tout particulièrement de ceux situés près des frontières : “un argument ne revient pas suffisamment dans les discussions, je veux parler de la situation des bureaux de tabac dans les départements frontaliers ou proches des frontières. Ces débitants de tabac sont victimes des achats pratiqués dans les pays voisins où les prix sont nettement inférieurs à ceux qui sont pratiqués en France, et ils sont en grande difficulté, même s’ils tentent de diversifier leurs activités”, avait-il expliqué.
http://www.lefigaro.fr/entreprise/2010/12/17/05011-20101217ARTFIG00378-la-pause-cafe-coute-cher-aux-entreprises.php

Comme d'habitude c'est le grand n'importe quoi.



alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  sir john le Mer 22 Déc 2010 - 11:34

n'importe quoi, en effet, en particulier ce culte des corrélations absurdes: à 1 k de tabac autorisé à chaque passage, les ados sont dissuadés de fumer; en cas de fin des restrictions, ils vont dévaliser les buralistes allemands ou espagnols...

sir john

Messages : 289
Date d'inscription : 28/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Jeu 30 Déc 2010 - 12:00

On recommence à fumer dans les boîtes de nuit
La loi antitabac n’est plus aussi strictement appliquée dans les discothèques. Certaines viennent même d’être épinglées.

Presque trois ans que Patrice n’était pas rentré de discothèque au petit matin imprégné de nicotine des pieds à la tête. Mais depuis quelques mois, et malgré l’interdiction de fumer depuis le 1er janvier 2008 dans les lieux accueillant du public, ce disc-jockey a constaté que ses vêtements « sentent de nouveau la cigarette » quand la nuit s’achève.
Bus Palladium : les raisons d'une fermeture
C’est notamment pour ne pas avoir respecté la réglementation antitabac que le Bus Palladium, une célèbre boîte de nuit parisienne du quartier Pigalle, dans le IXe arrondissement de Paris, vient de fermer ses portes sur injonction du préfet de police. Deux autres discothèques parisiennes ont également reçu cette année un avertissement de la préfecture pour le même motif.

« Passé certaines heures, de plus en plus de clients se lâchent en fumant discrètement au fond de certains clubs privés, et on les laisse généralement tranquilles s’ils font partie des habitués », reconnaît un organisateur de soirées. « Nous avions déjà dénoncé un relâchement sérieux dans certains cafés, et nous faisons aujourd’hui le même constat pour les discothèques », se désole le président de l’association Droit des non-fumeurs, Gérard Audureau, qui réclame le maintien des contrôles et la « médiatisation » des sanctions. Le président de la branche discothèques de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière (Umih), Laurent Lutse, met en garde les patrons de bars et de discothèques qui « ne rentrent pas dans le rang ». « Même si la loi est contraignante, notamment pour les établissements qui ne peuvent pas s’équiper de fumoirs, elle s’applique pour tout le monde et il faut la respecter. »

Encore faut-il que les contrevenants soient pris sur le fait. « Une fois les portes fermées, vers 3 ou 4 heures du matin, certains établissements offrent un petit privilège à leurs clients fidèles en les autorisant à fumer dans de petites salles secondaires », confie le patron d’une boîte de nuit de la région Centre. « On ne peut pas mettre un agent de sécurité derrière chaque fumeur, souligne un DJ parisien. Et puis, c’est bien agréable de fumer une cigarette quand tu bois un verre. D’ailleurs, quand je mixe en soirée, je fume discrètement sur place plutôt que d’aller en griller une dehors, histoire de rester dans l’ambiance. »

Habitué des boîtes de nuit, Nicolas, un Lillois de 23 ans, reconnaît qu’il a discrètement grillé la semaine dernière trois cigarettes dans une discothèque non équipée d’un fumoir. Pas question en revanche de s’afficher clope aux lèvres sur la piste de danse. « On se planque un peu en gardant la cigarette sous la table. Avec les gens qui bougent et l’ambiance, on ne nous voit pas. Ce soir-là, personne ne m’a fait de remarques, car il n’y avait pas grand monde et le personnel s’en fout un peu. » Julien, 26 ans, a désormais ses habitudes dans certaines boîtes d’Aix-en-Provence, plutôt bienveillantes à l’égard des fumeurs, histoire, dit-il, de « garder leur clientèle ». « Quand on y entre, on sait qu’on pourra fumer, et ça fait une raison de plus d’y aller. On ne rentre pas la clope au bec, mais beaucoup de gens fument à l’intérieur et ils vendent même des cigarettes à l’entrée. »


http://www.leparisien.fr/societe/on-recommence-a-fumer-dans-les-boites-de-nuit-30-12-2010-1207018.php








alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Ven 7 Jan 2011 - 11:07

Un médicament de sevrage tabagique soupçonné de provoquer des suicides

Des centaines de plaintes ont été déposées aux Etats-Unis contre les effets secondaires du Chantix®, un médicament de sevrage tabagique du laboratoire pharmaceutique américain Pfizer. Ces comprimés, commercialisés en France sous le nom de Champix®, sont accusés notamment de déclencher des pensées suicidaires, voire des passages à l'acte.

Aux Etats-Unis, les plaintes individuelles de consommateurs de Chantix® ou de leur famille viennent d'être centralisées dans un tribunal fédéral de l'Alabama. Sur les 1 200 comptabilisées, le principal avocat des plaignants, Ernest Cory, dénombre «bien plus d'une centaine de suicides réussis».

«La plupart des cas présentés impliquent des problèmes neurologiques dont suicides, tentatives de suicide, attaques et trous de mémoire», explique-t-il, notant que «60% des plaintes parlent de tentatives de suicide ou de suicides réussis». L'avocat dit s'attendre au dépôt d'«un millier d'autres» plaintes pour «négligence» contre Pfizer. Interrogé par l'AFP, le laboratoire a estimé qu'«il n'existe pas de preuve scientifique que le Chantix® ait provoqué les accidents neurologiques rapportés par les plaignants».

Un avis défavorable de la revue «Prescrire» dès 2008

La revue médicale française indépendante «Prescrire» avait émis un avis défavorable en avril 2008, après une étude menée au Royaume-Uni en décembre 2007. En France, le Champix® avait été commercialisé en février 2007. Une prescription médicale est nécessaire à sa délivrance en pharmacie.

La revue, qui avait donné l'alerte sur le Mediator, avait noté que le médicament de sevrage tabagique pouvait provoquer des troubles digestifs, mais aussi des problèmes neuropsychiatriques comme des maux de tête, des rêves anormaux, des cauchemars, des insomnies, des dépressions et des idées suicidaires.

Interrogé par «Le Parisien-Aujourd'hui en France» en 2008, Gilbert Lagrue*, tabacologue à Créteil (Val-de-Marne), était plus prudent : «Chez les gros fumeurs, le sevrage du tabac provoque de tels troubles de la digestion et des épisodes dépressifs, dus au manque de nicotine. Or, ce sont les gros fumeurs qui prennent en général ce médicament.» Conclusion selon lui : ce médicament agit sur le cerveau du fumeur afin que la cigarette ne lui procure plus aucun plaisir. Résultat, toute envie disparaît.

«Prescrire» conseille aux gros fumeurs candidats à l'arrêt de la cigarette «de privilégier les gommes et les patchs à la nicotine».

* Auteur de « Parents, alerte au tabac et au cannabis, pour aider vos enfants à ne pas fumer » (Odile Jacob, 19 €).

http://www.leparisien.fr/societe/un-medicament-de-sevrage-tabagique-soupconne-de-provoquer-des-suicides-06-01-2011-1216057.php


alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Sam 12 Mar 2011 - 18:13

La cigarette à vapeur fait un tabac

CLAIRE CHANTRY | 12.03.2011, 07h00

Arielle Dombasle qui fait des volutes avec sa cigarette sur le plateau de Thierry Ardisson ou lors d’un défilé, ou Johnny Depp tirant sur une blonde à bord du TGV dans le film « le Touriste » avec Angelina Jolie… Il aura suffi de quelques stars fumant là où c’est interdit pour relancer le concept : « vapoter », autrement dit recracher de la vapeur en tirant sur une cigarette qui arbore à la place du filtre une recharge pleine de liquide à la nicotine, aux arômes artificiels et parfois de propylène de glycol, devient tendance.

« Leonardo DiCaprio est aussi un adepte. De plus en plus de people se montrent avec la cigarette électronique, ça relance la consommation », admet Can Marasligil, administrateur de Sedanza, l’entreprise belge leader sur le marché, avec trois marques et dix modèles. « Notre dernière cigarette semi-jetable, beaucoup moins chère, à 13,95 €, nous amène aussi de nouveaux utilisateurs qui veulent essayer le produit. Chaque jour, on envoie 200 colis vers la France. Nos ventes augmentent de 30% par an. » Utiliser une e-cigarette, ou cigarette électronique, sorte d’inhalateur qui permet d’imiter la gestuelle du fumeur et de recracher de la vapeur en guise de fumée, devient d’ailleurs de plus en plus simple. Dans les librairies, les tabacs, les points relais, les stations-service, mais aussi sur le Net, les pharmacies ou parapharmacies, des dizaines de références invitent les amateurs à se libérer du tabac en vapotant.

« Nos produits permettent de continuer à fumer dans les lieux publics sans importuner les autres. Ils sont sans nicotine, et aucun ingrédient n’est conduit à la combustion, ce qui évite le goudron. La vapeur se dissipe dans l’air sans dégager aucune odeur. Rien n’est dangereux pour la santé. Le propylène de glycol, qui sert à créer la vapeur, est le même que celui utilisé dans l’agroalimentaire », insiste le chef d’entreprise. « Ce sont juste des gadgets, sûrement pas des médicaments. Même si ce qu’on vend le plus sont les modèles qui ressemblent aux vraies cigarettes, nos produits ne règlent pas la dépendance au tabac. »

Pour l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et le Comité national contre le tabagisme , la e-cigarette ne constitue toutefois pas une méthode adaptée pour arrêter de fumer. « C’est un scandale que le produit puisse être vendu en pharmacie aux côtés des méthodes de sevrage, car aucune étude scientifique ne dit qu’il peut traiter la dépendance au tabac », s’indigne Yves Martinet, président de la dernière organisation. « L’innocuité du propylène de glycol n’est pas sûre », ajoute-t-il.

Bon nombre d’entreprises proposent cependant l’e-cigarette pour « accompagner ceux qui veulent arrêter de fumer », ou « fumer autrement ». Selon le modèle choisi, elle coûte de 13,95 à 100 €, et les recharges utilisées de 5 à 10 €. La commercialisation concerne aussi les e-pipes ou les e-cigares.

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/la-cigarette-a-vapeur-fait-un-tabac-12-03-2011-1354435.php

Comme d'habitude, mensonge et désinformation de la part de nos miliciens. Il a été prouvé que le propylène glycol n'est pas dangereux (un seul cas dangereux a été découvert, les cigarettes venaient de Chine et on sait que la Chine ne respecte pas nos normes sanitaires). Quant au scandale ce n'est pas que ces cigarettes électroniques soient vendues en pharmacie mais bien que les substituts nicotiniques soient vendus et remboursés alors que leut taux d'échec est de 98%.

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Sam 18 Juin 2011 - 11:45

Bouches-du-Rhône : plage non-fumeur à La Ciotat

Alors que les plages de la Ciotat (Bouches-du-Rhône) ont été fermées jeudi pour cause de pollution aux hydrocarbures provoquée par un dégazage au large des côtes, la mairie a décidé de prendre une initiative inédite en France.

Elle veut suivre l'exemple de New York en mettant en place cette saison une plage non-fumeur, une initiative populaire, selon l'adjoint au maire chargé de l'environnement, Noël Collura. «La plage non-fumeur est effective et ça marche très, très bien», a indiqué Noël Collura. «Nous étions arrivés au constat désolant que la prévention et même la distribution des cendriers de plage n'étaient pas suffisants», a-t-il expliqué.

Dans le centre-ville de cette station balnéaire, les baigneurs de la plage Lumière savent dorénavant, en passant sous un panneau d'entrée affichant la spécificité du lieu, qu'ils entrent en zone non-fumeur. En prenant cette initiative, la mairie pensait d'abord aux enfants qui se retrouvaient trop souvent en train de jouer ou déterrer des mégots de cigarette.

Des cendriers en forme de cigarettes autour des plages

Une signalétique est en cours d'installation pour localiser ce lieu sans mégot et des cendriers en forme de cigarette ont d'ores et déjà été disposés tout autour de cette plage où police municipale et police de l'environnement sensibilisent les gens sans verbaliser. «Les gens peuvent se baigner et aller fumer au niveau des cendriers», a dit l'élu, ajoutant que le but est de ne «plus avoir de mégots sur la plage».

Une initiative qui pourrait être étendue. «Pour vous donner une idée, la plage non-fumeur, c'est même pas quatre pour cent des plages de La Ciotat. C'est une expérience mais c'est vrai que j'ai des demandes pour les parcs où les petits jouent, on est en train de voir», a ajouté l'élu, citant notamment le parc du Mugel, situé dans la calanque du même nom, où il y a des risques d'incendie.

«Que la ville ait une initiative pour limiter les mégots sur la plage, c'est une très bonne chose, mais est-ce que l'interdiction, c'est la solution ?», s'est interrogé Nathalie Van Den Broeck, responsable régionale de la Surfrider Foundation, une association de protection du littoral.

http://www.leparisien.fr/marseille-13000/bouches-du-rhone-plage-non-fumeur-a-la-ciotat-18-06-2011-1498628.php

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mer 6 Juil 2011 - 8:57

Vers la fin des amendes antitabac?

Un article de loi en passe d’être voté permettrait de diminuer par trois l’amende pour non-respect de la loi sur le tabac.

Va-t-on pouvoir refumer sans risque d’être fortement sanctionné dans les cafés et les lieux publics? C’est le sentiment des associations regroupées dans l’Alliance contre le tabac, qui ont dénoncé hier un article de loi adopté au Sénat. Ce matin, une commission mixte paritaire (composée de 7 députés et 7 sénateurs) se tiendra à l’Assemblée nationale et décidera si le texte est validé ou non.


Faut-il assouplir les sanctions pour les fumeurs verbalisés dans les lieux publics ?
Selon Clémence Cagnat-Lardeau, directrice de l’association Alliance contre le tabac, « si l’amendement est adopté, cela signifiera que les fumeurs qui se voient infliger une amende de 135 €, parce qu’ils fument dans un lieu public, pourront se retourner vers le préfet, et voir leur amende divisée par trois, soit seulement 45 €. C’est un mauvais signal envoyé. C’est vraiment un mauvais coup porté à la loi Bertrand de 2008 d’interdiction de fumer dans les lieux publics. »

Cet article 22 « quater », qui irrite les antitabac, fait partie d’un projet de loi initié par le ministère de la Justice sur « la répartition des contentieux et l’allégement de certaines procédures juridictionnelles ». Il « modifie le Code de santé publique » en permettant de « transiger sur les infractions liées au fait de fumer dans les établissements à usage collectif ». L’article en question ajoute : « L’amende transactionnelle que l’auteur de l’infraction doit payer ne peut excéder le tiers du montant de l’amende encourue. » Officiellement, le projet de loi gouvernemental, qui ne porte pas que sur le tabagisme, mais aussi sur des contentieux divers, a pour but de désengorger les tribunaux.

« On ne conteste pas la pertinence de cette idée, pour certains petits délits. Mais ce n’est pas le cas pour le tabac, où il n’y a qu’une vingtaine de plaintes pénales par an. On ne voit pas bien où est l’urgence dans ce domaine, si ce n’est de vouloir un peu lâcher du lest pour certaines catégories électorales à un an des élections », ajoute-t-elle.

Au ministère de la Santé, on se défend de vouloir remettre en cause l’interdiction de fumer. « Nous réaffirmons que l’interdiction de fumer dans les lieux publics n’est pas remise en cause. Personne n’a envie de revenir là-dessus, et de voir son voisin fumer. La pression publique de tous, y compris des barmen et des clients, joue son rôle à plein pour l’interdiction du tabac dans les lieux publics. »

Sollicitée, la Confédération des débitants de tabac semble un peu mal à l’aise, et indique « qu’elle ne souhaite pas réagir sur ce sujet de l’interdiction de fumer dans les lieux publics, qui ne lui paraît pas prioritaire ».

En revanche, les buralistes veulent obtenir un rendez-vous « au plus vite avec leur nouveau ministre de tutelle, Valérie Pécresse, afin de discuter des compensations pour les débitants de tabac face aux importations parallèles de cigarettes, venues massivement d’Espagne ». Une nouvelle bataille des pro et antitabac dans les cafés semble sur le point de resurgir.


http://www.leparisien.fr/societe/vers-la-fin-des-amendes-antitabac-06-07-2011-1522159.php

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Mer 6 Juil 2011 - 13:30

Bertrand opposé à une baisse des amendes anti-tabac

Le ministre de la Santé vient de déclarer qu'il n'était pas envisageable de baisser les amendes anti-tabac. «Il n'est pas question de tolérer la moindre souplesse», a déclaré Xavier Bertrand à la presse. Mais le ministre sera-t-il entendu?

Les associations réunies au sein de l’Alliance contre le tabac ont le sentiment qu'une telle baisse est dans les tuyaux.
Répondez à notre question en ligne sur ces assouplissementsVers la fin des amendes antitabac?Mardi elles avaient dénoncé un article de loi adopté au Sénat qui contenait un article permettant de minorer l'amende pour non-respect de la loi sur le tabac.

Ce matin, une commission mixte paritaire (composée de 7 députés et de 7 sénateurs) devait se réunir à l’Assemblée nationale pour décider de valider ou non le texte. Aucun concensus n'a pu se dégager. Sénateurs et députés n'ont pu se mettre d'accord et le texte devra donc être réexaminé par le Parlement, selon le sénateur PS Jean-Pierre Sueur (Loiret).

http://www.leparisien.fr/societe/bertrand-oppose-a-une-baisse-des-amendes-anti-tabac-06-07-2011-1522787.php



alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  alexandra le Sam 7 Avr 2012 - 10:39

Cigarette au bar : les sanctions pleuvent à Paris

Malgré l’interdiction, la cigarette revient petit à petit dans les cafés et les restaurants de la capitale. Un bar des Halles vient de purger dix jours de fermeture administrative.

Des cendriers posés en évidence sur les tables, une cigarette allumée par un client au comptoir sous l’œil amène du patron qui l’imite… La scène, authentique, se passe dans un café du XVIIIe. Petit à petit, le tabac revient dans les cafés, les restaurants et les discothèques. Et, dans certains établissements, le décret d’interdiction de la cigarette dans les lieux publics, entré en vigueur le 1er janvier 2008, est déjà à classer au rayon des souvenirs.


Mardi, la cour d’appel de Paris statuera sur le sort de cinq établissements parisiens, tous situés sur les grands boulevards, attaqués par l’association Droit des non-fumeurs (DNF) pour avoir permis à leurs clients de fumer sur des terrasses couvertes, qui n’auraient pas, selon DNF, obéi pas aux normes énoncées par la loi. Si elle n’obtient pas la condamnation des établissements, l’association a d’ores et déjà annoncé qu’elle se pourvoirait en cassation.

De son côté, la préfecture de police a ordonné la fermeture administrative d’un bar du quartier des Halles, (Ier), le Kent’z, après avoir surpris plusieurs clients cigarette à la main et de multiples cendriers éparpillés sur les tables. Le même bar avait déjà fait l’objet d’un avertissement le 16 mars 2009 et d’une fermeture de neuf jours au mois de juillet suivant. Cette fois, ses portes sont restées closes du 28 mars jusqu’à hier.

Même constat au New Seven, un club du VIIe arrondissement, où la brigade de répression du proxénétisme (BRP), chargée des établissements de nuit, lors d’une visite surprise le 25 novembre 2011, a constaté que, dans une atmosphère particulièrement enfumée et parmi les mégots jonchant le sol, les clients fumaient en présence du gérant. Simple avertissement cette fois, mais la boîte est désormais priée de se conformer à la réglementation.

« Le nombre de plaintes que nous recevons est colossal », s’alarme Gérard Audureau, président de DNF, qui a sa propre analyse des « multiples débordements constatés ces deux dernières années. Ce qui déclenche le retour du tabac dans les lieux fermés, c’est à l’évidence la tolérance accordée sur les terrasses. Le décret a, dans un premier temps, contribué à dénormaliser la cigarette dans les bars mais, petit à petit, les clients sont passés de la terrasse à l’intérieur des établissements, cigarette à la main, et les habitudes sont revenues avec la connivence sympathique des patrons ».

Les gérants ont-ils à y gagner en laissant le tabac faire son grand retour? « Certains le pensent, croit savoir Gérard Audureau, mais ils se trompent : les familles avec enfants qui s’étaient mises à fréquenter les brasseries parce que l’atmosphère y était enfin respirable nous disent qu’ils y ont renoncé… »
http://www.leparisien.fr/paris-75/cigarette-au-bar-les-sanctions-pleuvent-a-paris-07-04-2012-1944085.php

Toujours le même argument fallacieux selon lequel les familles seraient revenues dans les cafés. Il faut bien que DNF justifie son existence alors que sans les subventions étatiques elle aurait disparue depuis longtemps.

alexandra

Messages : 795
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu sur Le Parisien.fr

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum