France Info - Chronique santé de J.F. Lemoine le 4 mars : sur la la "baisse de 15 % des infarctus"

Aller en bas

France Info - Chronique santé de J.F. Lemoine le 4 mars : sur la la "baisse de 15 % des infarctus"

Message  SPARTACLOP le Jeu 6 Mar 2008 - 9:38

Info publiée sur SPARTACLOP.
Retranscription écrite de la chronique par Spartaclop :

Les preuves "simplistes" et "politiques" du chroniqueur santé Jean-François Lemoine le 4 mars dernier sur France Info à propos de la baisse spectaculaire du nombre d’infarctus :

Le résumé de la chronique commence ainsi : En Janvier, le nombre d’infarctus du Myocarde a baissé significativement à la suite probablement de l’interdiction absolue de fumer dans les lieux publics. C’est certainement la preuve que le tabagisme passif tue vite et beaucoup… jusqu’à 15% des infarctus !

Le « probablement » nous paraît déjà douteux : si la baisse est réellement due à l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics, pourquoi ne pas supprimer l’adverbe « probablement » tout simplement ? Et si la chose est avérée, pourquoi la « preuve » n’est-elle pas absolue ? Là encore, l’adverbe « certainement » est de trop.

Le reste de la chronique est du même style : hésitant entre certitudes et incertitudes, et relevant davantage de la foi et de l’espérance que de la preuve scientifique. Nous l’avons retranscrite et nous avons souligné ce qui nous paraît le plus dérangeant. Voici donc :

« J’ai voulu revenir sur cette baisse étonnante et spectaculaire des infarctus du myocarde au mois de janvier, à la suite semble-t-il de l’interdiction absolue de fumer dans les lieux publics. Parce que si c’est vrai, c’est une véritable bombe car c’est la preuve que le tabagisme passif, celui que l’on subit dans l’entourage des fumeurs, tue vite et beaucoup : 15 % des infarctus, c’est énorme. Ce sont des résultats qui semblent vrais, mais on peut émettre quelques réserves, dues à la météo très peu clémente de janvier – le cœur n’aime pas le froid – et surtout à la rapidité de communiquer qui n’est pas habituelle chez les médecins et qui pourrait être une réponse précipitée à l’offensive prévue des distributeurs de tabac. On quitte là la médecine pour entrer de plain pied dans la politique, mais en matière de lutte contre le tabac, on n’en est jamais très loin. Alors qu’est ce qui fait penser que ces résultats sont vrais : d’abord parce qu’il y a des résultats similaires dans les pays, Irlande et Italie, qui nous ont précédés, ensuite on sait de façon quasi certaine que ce sont les fumeurs passifs qui trinquent. En effet, malgré cette interdiction, la consommation globale de tabac n’a pas diminué, ce qui signifie que l’on ne fume pas moins, mais ailleurs, et donc, pas en public. On sait que chez le fumeur, le tabac abîme progressivement les artères. Chez le non fumeur, il provoque des spasmes brutaux des artères, qui expliquent ces infarctus, et donc aussi la baisse, puisque ces candidats potentiels aux spasmes ne sont désormais plus exposés.

Alors que faut-il conclure ? Poursuivre, car ce sont des résultats positifs, dont le seul risque est de craindre qu’ils soient démentis par des études moins simplistes. D’autant que les offensives des pro-tabac vont bientôt arriver, sous quelle forme, souvent la mauvaise foi, mais vous voulez que je vous en fasse une : certains commencent à dire que le fait de devoir fumer dehors provoque des infections respiratoires, dont certaines seraient mortelles. Bien sûr, ce n’est pas sérieux , je crois d’ailleurs qu’avec les beaux jours, les bars et les restaurants vont pouvoir regagner à bon prix sur les terrasses partiellement chauffées, le manque à gagner que la raison leur a fait peut-être perdre.
»

Petit commentaire de texte pour ceux qui n’auraient pas saisi toutes les subtilités de cet argumentaire alambiqué :

1. baisse étonnante et spectaculaire, véritable bombe : pourquoi cette baisse serait étonnante et spectaculaire puisque des résultats similaires [auraient été constatés] dans les pays, Irlande et Italie? La « bombe » et les résultats spectaculaires auraient dû venir de ces pays. Et rien ne serait étonnant à ce chiffre.

2. à la suite semble-t-il de l’interdiction absolue de fumer : où le fait est avéré scientifiquement, ou il ne l’est pas. Donc le « semble-t-il » indique l’incertitude.

3. si c’est vrai : conditionnel. Donc on n’en est pas sûr. C’est donc une supposition (peu scientifique encore).

4. 15 % des infarctus, c’est énorme. On ne vous le fait pas dire. Même commentaire que pour la note 1 : Pourquoi s’étonner de ce chiffre s’il était connu en Irlande et en Italie ?

5. Ce sont des résultats qui semblent vrais : même commentaire que pour la note 2. S’ils ne font que « sembler », c’est qu’ils ne sont pas.

6. on peut émettre quelques réserves : ah ! nous y voilà. surtout à la rapidité de communiquer qui n’est pas habituelle chez les médecins et qui pourrait être une réponse précipitée : voici la seule certitude de ce commentaire, en même temps qu’un aveu.

7. qu’est ce qui fait penser que ces résultats sont vrais : l’emploi de « qu’est-ce qui fait penser » au lieu de « quelle est la preuve » montre bien qu’on est dans une rhétorique de l’incertitude.

8. on sait de façon quasi certaine : ah bon ? Pas « absolument ». Rappelons que « quasi » signifie « presque », « à peu près » .

9. ce sont des résultats positifs : bizarrement, le Dr Lemoine passe à l’affirmatif : plus de « si c’est vrai », ou de « réserves ».

10. craindre qu’ils soient démentis par des études moins simplistes : vous avez bien lu. Cette étude est donc bien « simpliste ». C’est lui qui l’a dit.

11. fumer dehors provoque des infections respiratoires et Bien sûr, ce n’est pas sérieux, pourquoi contester cela alors que plus haut, le Dr Lemoine nous a expliqué que le cœur n’aime pas le froid ? Est-il si déraisonnable d’affirmer que fumer par 0° celsius peut occasionner des maladies liées au froid ?

12. la mauvaise foi : apparemment, elle ne serait que le fait des « pro tabac ». Mais pas de ceux qui publient de manière précipitée des études simplistes.

13. avec les beaux jours, les bars et les restaurants vont pouvoir regagner à bon prix : ces derniers vont être heureux d’apprendre qu’ils sont devenus exclusivement des saisonniers, et que leur chiffre d’affaires sera uniquement fait durant l’été. Tant pis donc pour le manque à gagner en hiver. Ils devront s’en contenter.

14. le manque à gagner que la raison leur a fait peut-être perdre : alors là, c’est la meilleure ! Les patrons de bars, de cafés et de restaurant, qui déplorent des pertes, ont perdu la raison ! Ce ne sont pas des gens raisonnables. Je me demande si M. Lemoine garderait sa « raison » si on lui amputait la moitié de son salaire, pour une « bonne raison » bien entendu.

Bref ! Dans cette chronique, le Dr. Lemoine illustre à merveille ce qu’il condamne : "On quitte là la médecine pour entrer de plain pied dans la politique, mais en matière de lutte contre le tabac, on n’en est jamais très loin. ». En effet. Jean-François Lemoine n’en est pas loin : il a bien les deux pieds dedans et tout le monde aura compris qu’il est un anti tabac convaincu.
avatar
SPARTACLOP

Messages : 31
Date d'inscription : 27/01/2008
Localisation : Montreuil (neuf trois)

Voir le profil de l'utilisateur http://spartaclop.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum